Comprendre le mal de dos

800px-douleur_fosse_lombaire_pyelonephrite_-_pyelonephritis

Le mal de dos peut se référer à tout type de douleur qui apparaît dans toute la zone postérieure du buste, ce qui inclut le bas, le haut, et le milieu du dos. Bien que la douleur au bas du dos est beaucoup plus répandue, il y a des gens qui ont tendance à souffrir de de douleurs au niveau cervical sur une base régulière et plus rarement au milieu du dos.

La sévérité de la lombalgie peut varier considérablement d’un individu à un autre. Dans certains cas, la douleur peut durer quelques heures jusqu’à plusieurs jours, mais il est aussi très fréquent de voir que des patients souffrent de douleurs qui durent plusieurs semaines voire plusieurs mois ou plus, dans le cas de douleurs chroniques. Le mal de dos peut parfois être le signe d’un problème de dos beaucoup plus grave et ne doit jamais être pris à la légère. Le mal de dos est l’une des affections les plus courantes aujourd’hui et les statistiques indiquent qu’il est parmi les premières causes de consultation.

L’emplacement et la gravité des maux de dos dépend de plusieurs facteurs, tels que l’âge, l’état de santé, le niveau de condition physique ainsi que la cause sous-jacente. Heureusement, dans la plupart des cas, les douleurs du dos ne proviennent pas d’une affection grave et peuvent être gérées à l’aide de médicaments, de remèdes simples, de règles d’hygiène de vie et d’exercices physiques. Seul un état grave, comme une hernie discale avancée ou une fracture déplacée nécessite une intervention chirurgicale. Le diagnostic est donc l’une des conditions préalables les plus importantes pour la réussite du traitement. Si vous souffrez de maux de dos sévères sur une base régulière, vous devriez consulter un médecin.

Comment le reconnaître ?

Le mal de dos n’est pas une maladie, mais un symptôme dû à problème sous-jacent. Vous pouvez souffrir d’un mal de dos en raison d’une blessure ou d’une contracture musculaire. Vous pouvez également éprouver des symptômes associés, tel que des maux de tête par exemple. Les présentes information ne peuvent en aucun cas constituer des éléments qui peuvent servir de diagnostic. Consultez votre médecin si vous souffrez d’un mal de dos.

Les symptômes d’une cervicalgie sont très variés et peuvent inclure des spasmes musculaires, un inconfort pendant l’inspiration, une faiblesse des bras, des mouvements du restreints au niveau de la nuque, un sentiment de pincement entre les omoplates, une irradiation douloureuse se projetant le long du membre supérieur. Ces signes pourrait être une indication d’une lésion discale au niveau cervical bas.

Une des raisons que la lombalgie est beaucoup plus fréquente que la cervicalgie, c’est qu’il y a plus de pathologies qui peuvent provoquer une lombalgie par rapport à celles qui peuvent provoquer la cervicalgie. Les situations connues pour déclencher des douleurs dans le bas du dos comprennent la grossesse, les infections de la vessie, les affections rénales, les cancers de la moelle osseuse ainsi que différents types de rhumatismes.

Il est assez habituel de confondre une lombalgie d’origine mécanique avec une atteinte rénale. afin de faire la différence entre les deux, les symptômes rénaux incluent habituellement :

  • Augmentation de l’envie d’uriner
  • Changements dans l’apparence de l’urine (mousseuse)
  • Présence de sang dans l’urine
  • Enflure des pieds, des mains, des chevilles, du visage
  • Fatigue
  • Éruption ou démangeaisons
  • Goût métallique dans la bouche
  • Essoufflement
  • Douleur dans les jambes et les flancs

Avec une lombalgie, les symptômes de la vessie comprennent également :

  • Besoin impérieux d’uriner et des mictions fréquentes
  • Incontinence
  • Sang dans l’urine
  • Dysurie ou sensation de brûlure au moment d’uriner
  • Odeur nauséabonde de l’urine
  • Nébulosité ou d’autres changements dans la couleur de l’urine

Bien que rares, les dorsalgies peuvent aussi être une indication de cancer du poumon ou un cancer de la moelle osseuse s’il s’agit d’une lombalgie. Ce dernier est observé en général chez les patients ayant déjà été traité pour un autre cancer et dont le traitement n’a pas réussit.

Causes :

Nous ignorons généralement le de dos, et nous ne cherchons à le soigner que lorsque la douleur devient insupportable. Dans de nombreux cas, le traitement en temps opportun aiderait à résoudre le problème immédiatement. Cependant, la longue période de négligence aggrave la situation à un point où un traitement lourd et agressif devient nécessaire. Un mal de dos doux et passager qui survient de temps en temps est généralement trivial et peut simplement être causé par une fatigue musculaire. Mais les maux de dos qui se produisent avec une fréquence accrue ou une plus grande sévérité sont généralement le signe d’un problème plus grave.

Quelles sont les causes des douleurs lombaires, dorsales ou cervicales ?

Certaines des causes les plus fréquentes pourraient inclure :

  • Hernie discale avec conflit discoradiculaire (Sciatique commune)
  • Hernie discale sans conflit discoradiculaire
  • Irrégularités squelettiques
  • Arthrite
  • Arthrose (des fassettes articulaires vertébrales)
  • Ostéoporose
  • Infections rachidiennes
  • Cancer de la colonne vertébrale (moelle osseuse, moelle épinière)
  • Traumatisme au niveau de la colonne vertébrale
  • Dérangement vertebral mineur DIM (selon Maigne)
  • Grands syndromes neurologiques

En plus de ces causes, les lombalgies peuvent être également dues à différents facteurs : hernie hiatale, syndrome du côlon irritable, tensions musculaires, maladies rénales, blessures ainsi qu’une mauvaise posture peuvent entraîner une douleur lombaire.

Les dorsalgies sont moins fréquentes que les lombalgies et les cervicalgies et sont dues en général à des mauvaises positions ou des traumatismes. Les personnes sujettes à des crampes ou des spasmes musculaires sont également plus susceptibles de souffrir de dorsalgies.

Quels remèdes ?

 

  • Chaud et froid : En phase inflammatoire, il serait plus bénéfique d’utiliser du froid alors qu’en phase subaiguë les deux sont bénéfique.
  • Plantes médicinales : On recommande en général des herbes qui ont des propriétés antiinflammatoires comme l’écorce de saule et la griffe du diable, qui doivent être pris par voie orale. La purée de poivron en application cutanée peut aussi être très efficace pour soulager le mal de dos, car elle contient de la capsaïcine qui contribue à anesthésier la zone touchée.
  • Massage : stimulation des zones gâchettes notamment les deux points porte dans le haut des fessiers et le milieu du creux poplité. Le massage des bords internes du pied soulage la colonne vertébrale (voir une carte de réflexologie plantaire)
  • Exercices physiques : Renforcement de la ceinture pelvienne, notamment du  muscle transversus abdominis. Les exercices de gainage sont également très bénéfiques.
  • Hygiène de vie : Apprentissage des mouvements de verouillage et déverouillage lombaire
  • Manipulations : D’une efficacité redoutable lorsqu’il s’agit d’un dérangement vertébral mineur (DIM). Consultez un ostéopathe ou un chiropracteur diplômé.

Alimentation :

Votre régime alimentaire peut jouer un rôle important dans la prévention du mal de dos. Il est important de maintenir de poids corporel sain.

En plus, voici quelques indications par rapport à des substances orthomoléculaires qui pourrait aider à soulager un mal de dos sur le moyen terme :

  • Vitamine D : Les études cliniques indiquent que la carence en vitamine D entraîne une douleur chronique idiopathique (sans cause connue) dans le bas du dos. Par conséquent, beaucoup de gens qui souffrent de lombalgie chronique sont invités à prendre des suppléments de vitamine D.
  • Huile de poisson : L’huile de poisson est riche en deux acides gras appelés DHA et EPA, qui aident à soulager les douleurs articulaires. Par conséquent, soit augmenter la consommation de poissons ou prendre des suppléments d’huile de poisson serait un bon moyen pour le soulagement des douleurs du dos.

 

Lire aussi :

 

Thérapie physique de la lombalgie chez les enfants et les adolescents : Métanalyse

La lombalgie, le mal du siècle

Réflexologie plantaire : Les pieds… miroir du corps

Sport-thérapie : Catégories d’exercices pour le renforcement musculaire

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *