Sommeil : la mélatonine entant que traitement de l’insomnie

portrait-of-a-woman-1786435_960_720

La mélatonine est un neurotransmetteur photosensible. Sa synthèse se fait au niveau de l’épiphyse et est régulée par la quantité de lumière reçue (1). Moins de lumière, implique plus de synthèse de la mélatonine. Ce neurotransmetteur régule les cycles circadiens et par conséquent le sommeil. En situation normale, la synthèse de la mélatonine est donc minimale durant journée et maximale pendant la nuit. Plus il y a de mélatonine, mieux sera la qualité du sommeil. C’est la raison pour laquelle, on éteint toutes les lumières la nuit pour pouvoir bien dormir. Personne ne peut dormir avec un projecteur placé directement en face de lui. C’est également la raison pour laquelle, la télévision, les ordinateurs, les smartphones et les tablettes vous empêchent de dormir le soir avec la lumière qu’ils dégagent.

L’épiphyse reçoit la lumière de ces appareils comme si c’était la lumière du jour et par conséquent la synthèse de mélatonine reste inhibée (donc pas de sommeil). Cette synthèse obéit également aux cycles circadiens. Les cellules ont une horloge biologique représentée avec le Clock Gene (gène horloge) présent dans toutes les cellules (une fraction de l’ADN), cette horloge possède une mémoire temporelle de tout le métabolisme y compris celui de la mélatonine (2). La synthèse de la mélatonine se fait durant une période de temps déterminée selon les habitudes de la personne (en général entre 21h et 1h).

La mélatonine dans le traitement de l’insomnie :

Les benzodiazépines entant que sédatifs hypnotiques sont largement utilisés pour le traitement de l’insomnie. Néanmoins, leurs effets indésirables, tels que la gueule de bois lendemain, la dépendance et l’altération de la mémoire, les rendent impropres au traitement à long terme. La mélatonine a été utilisée afin d’améliorer le sommeil chez les patients souffrant d’insomnie principalement parce qu’elle ne cause pas de gueule de bois et qu’elle ne présente pas de problème de dépendance. Cependant, il y a un manque de cohérence sur sa valeur thérapeutique en partie à cause de sa courte demi-vie et des faibles quantités de mélatonine utilisées. Ainsi, l’attention a été focalisée sur le développement de substances analogues à la mélatonine, plus puissantes avec des effets prolongés, ou sur la conception de préparations de mélatonine à libération lente ce qui permettrait de prolonger son effet.

La mélatonine à libération prolongée est reconnue aujourd’hui notamment en Europe ou en Amérique du nord comme traitement contre l’insomnie chez toutes les catégories de population et particulièrement chez les seniors (2). La dose de 2mg/jour prise une à deux heures avant le couché semble donner des résultats intéressants.

 

Références :

1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25369242

2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24877149

3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23044640

 

Lire aussi :

 

Variabilité cardiaque et cérébrale : Troubles du sommeil et maladies cardiovasculaires

Comment avoir un sommeil plus réparateur? 3 conseils simples

Sommeil : Mes conseils pour les insomniaques

Système nerveux autonome périphérique : à quoi ça correspond ?

Acidose métabolique/respiratoire : Quels sont les causes de l’acidose ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *