Clock-gènes : Introduction à la génétique du temps

1tf7

Qu’est que le temps ?

Ceci est une question très philosophique mais tenez vous bien, nous allons y répondre d’une façon très concrète dans cet article.

Afin de comprendre le temps, on devrait porter notre intérêt sur l’objet qui permet de le mesurer, la montre. Que représente une montre ? La petite aiguille modélise exactement le mouvement de la terre sur elle-même. Un tour de la terre sur elle-même équivaudrait à un tours de la petite aiguille. Mais comme le mouvement de cette aiguille est très lent et qu’il n’est pas adapté à notre échelle, on a inventé la grande aiguille qui modélise le mouvement de la terre sur elle-même en 24 tours. Et puisqu’on est dans l’aire du temps, la grande aiguille ne suffisait pas alors on a encore fractionner le mouvement de la terre sur elle-même en micro-mouvements avec l’aiguille des secondes. Cette dernière effectue 86400 tours avant que la terre ne fasse un tour sur elle-même. En résumé, la montre nous montre le mouvement de la terre sur elle-même dans la mesure où on ne peut le voir directement vu notre petite échelle dimensionnelle par rapport à celle de la terre.

Une fois qu’on a compris que ce qu’on voit dans une montre est le mouvement de la terre sur elle-même et non pas la notion très abstraite du temps tel qu’on pourrait le penser, voyons maintenant ce qu’est le temps.

Le temps serait donc une comparaison entre l’état d’un élément quelconque avec le mouvement d’un référent, dans notre cas, le mouvement de la terre sur elle-même. Le mot qu’il faut retenir dans cette définition est bien “comparaison”. Cette dernière est un processus mental supérieur. Oui, le temps est une comparaison. Quand vous comparez votre état ou l’état de n’importe quoi avec votre montre (c’est à dire avec le mouvement de la terre sur elle-même), vous utilisez une faculté mentale que seuls les humains possèdent, la comparaison. Le temps est le fruit du raisonnement humain. En vérité, le temps n’existe pas. Ce qui existe c’est le mouvement perpétuel, la chaleur, la lumière.

Qu’est ce que cela implique ?

Le jour et la nuit est une variation rythmique de lumière due à la rotation de la terre sur elle-même, alors que les saisons sont plutôt une variation rythmique de température provoquée par la rotation de la terre sur le soleil.

L’Homme s’est adapté depuis des millions d’années à ces variations, malgré qu’il n’a inventé les montres et les horloges que très récemment. En effet, le mouvement du soleil dans l’horizon (ou du moins ce qui nous parait être le mouvement du soleil) constituait une gigantesque horloge disponible pour tout le monde. C’est de cette façon que les humains avaient connaissance du temps depuis leur existence. On peut supposer que le temps était né avec l’Homme. C’est donc la chose la plus intégrée dans sa génétique. Ce que l’on appelle l’horloge biologique est une adaptation génétique de l’Homme à la comparaison constante entre son état (et l’état de son environnement) et le mouvement de la terre sur elle-même. Le mécanisme de régulation de cette horloge est hypercomplexe et n’est pas encore totalement élucidé. Dans un prochain article nous entameront les mécanismes moléculaires de l’horloge biologique, mais en attendant, sachez qu’il existe 4 horloges et non pas qu’une seule :

1- L’horloge centrale du système nerveux : le noyau suprachiasmatique est l’horloge centrale du corps, il est régulé par 4 gènes :

  • CLOCK (Circadian Locomotor Output Cycles Kaput)
  • BMAL (Brain and muscle ARNt-like protein-1)
  • PER (Period)
  • CRY (Cryptochrome)

2- L’horloge métabolique représentée par les facteurs de transcription nucléaire qui contrôle le BMAL

3- Une horloge périphérique impliquée dans la dégradation protéique et la phosphorylation au niveau du cytoplasme

4- Une horloge périphérique régulant la dégradation des protéines au niveau du noyau cellulaire.

 

 

Lire aussi :

 

Variabilité du temps : Pourquoi a-t-on l’impression que le temps passe vite

Variabilité génétique ou single nucleotid polymorphism (SNP)

Initiation à la génétique : terminologie génétique

Quel lien entre habitude et génétique ?

De l’expression génique à l’adaptation génétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *