Protocole Riordan de traitement du cancer par des mégadoses de vitamine C

healthcare-upclose-1322372

Le protocole thérapeutique le plus reconnu dans le traitement du cancer par des hautes doses de vitamine C par voie intraveineuse (IVC) est celui de la clinique Riordan.

Ce qui suit est un résumé du protocole Riordan. Ce résumé est destiné à l’information du grand public et exclusivement à but éducatif. Il est impératif qu’un tel protocole soit appliqué par un médecin formé à ce protocole. Le protocole Riordan est le résultat du traitement de plus de 40000 patients à la clinique Riordan (USA).

 

Critères d’inclusion :

 

1- Les patients qui répondent mal au traitement classique, qui veulent améliorer leur rémission, qui refusent de se soigner avec le traitement classique ou qui souhaitent diminuer les effets secondaires du traitement classique peuvent prétendre à ce traitement.

2- Signature d’un consentement éclairé par le patient ou son tuteur

3- Réalisation d’un bilan biologique de base et s’assurer que le patient ne présente pas de déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase.

4- Fournir toutes les informations nécessaires à l’identification de l’état du patient, de sa tumeur, des maladies associées, un examen clinique complet…etc.

 

Effets secondaires et précautions à prendre :

 

Les effets secondaires sont très rares mais il existe néanmoins certains cas qui ont été rapportés et notamment :

– Un cas de nécrose tumorale: afin de prévenir ce genre d’effets idésirables, il faut commencer par de faibles doses et les augmenter progressivement tout en surveillant cet élément.

– Fausses hyperglycémies: la molécule de la vitamine C est identifiée par les appareils de mesure de la glycémie comme étant une molécule de glucose. Il faut donc utiliser la méthode hexokinase en laboratoire afin de mesurer correctement la glycémie.

– Un cas d’hémolyse: afin de prévenir cet état il faut que le patient ne soit pas déficitaire en glucose-6-phosphate déshydrogénase.

– Un cas de calculs urinaires: Il faut surveiller le niveau d’hydratation du patient avant le commencement du protocole.

– Des irritations au niveau du lieu de l’injection lors de la perfusion qui peuvent être dues à un débit supérieur à 1g/ minute. Il faut utiliser un port cathéter pour la perfusion et également associer la vitamine C au magnésium afin d’éviter les spasmes veineux.

– Des tremblements peuvent apparaître en raison d’une baisse du taux de calcium et/ou de magnésium: afin d’éviter les tremblements, rajouter 1ml de chlorure de magnésium à la solution IVC. Si les tremblements sont sévères, rajouter 10ml de gluconate de calcium avec un débit de 1ml/ minute.

– Contre indication pour les pathologies qui peuvent être aggravées par un taux élevé de sodium (cardiopathie, œdèmes…etc.)

– La seule voie à utiliser c’est la voie intraveineuse avec port à cathéter. Le débit doit se situer à 0.5g/ minute. Les débits à 1g/minute peuvent être envisageables mais sous étroite surveillance.

– La solution utilisée dans le protocole Riordan est le sodium ascorbate MEGA C PLUS®, 500mg/ml avec une fourchette de pH de 5.5 à 7.

– Certaines études indiquent que la vitamine C n’est pas recommandée dans les cas d’hémochromatose. Un patient présentant une hémochromatose a été traité avec ce protocole sans aucun effet secondaire.

 

Protocole d’administration:

 

1- On commence par 3 perfusions de 15, 25 et 50g respectivement et on effectue des analyses du taux plasmatique de vitamine afin de déterminer la dose idéale pour chaque patient. Le reste des perfusions seront administrées dans la dose déterminée par ces analyses sanguines. Le taux plasmatique optimal (thérapeutique) est situé entre 350 et 400mg/dl.

2- Les trois premières perfusions sont effectuées durant la première semaine en attendant les analyses du laboratoire. Si les analyses rapportent un taux plasmatique de vitamine C situé entre 350 et 400mg/dl, les perfusions continueront avec un dosage de 50g, sinon le dosage est augmenté à 75g. Après 4 perfusions à 75g, on remesure le taux plasmatique de vitamine C. Si ce dernier n’atteint pas les valeurs optimales, on augmente la dose à 100g, et on remesure ce taux après 4 perfusions. Si le taux plasmatique reste dans une zone sub-thérapeutique, ça voudrait dire que le patient présente soit une infection cachée ou une progression tumorale ou probablement qu’il fume en cachette.

3- Après avoir explorer ces possibilités, le médecin peut décider de continuer avec les perfusions de 100g ou d’effectuer des analyses d’osmolarité afin d’étudier les possibilités d’augmentation de la dose (ou pas). Il n’est tout de même pas recommandé d’aller au delà de 100g sans avoir analyser l’osmolarité du patient.

4- Des doses plus faibles peuvent être envisagées si le patient ne tolère pas des doses élevées. Un patient adulte à petit poids, un enfant, ou présentant une tumeur de petite taille peut se contenter de deux perfusions par semaines de 25g, ce qui peut être suffisant pour le patient afin de maintenir un taux plasmatique thérapeutique de vitamine C. La plupart des patients ont besoin de 2 à 3 perfusions par semaine de 50g chacune.

5- Les patients sont encouragés à prendre 4g de vitamine C par voie orale les jours où ils n’ont pas de perfusion.

 

CONCLUSION:

Les IVC sont utilisées seules ou en combinaison avec le traitement classique par chimiothérapie. Les résultats observés lors de la combinaison des IVC avec la chimiothérapie sont nettement meilleurs que l’utilisation de la vitamine C toute seule. Les IVC ont une action pro-oxydante au sein des cellules cancéreuses (production du H2O2) et antioxydante dans les cellules saines.
L’association: IVC, chimiothérapie, radiothérapie, donne les meilleurs résultats et permet de réduire significativement les effets indésirables dus au traitement classique.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *