Coagulation sanguine : historique et rôle de la vitamine K

microscope-385364_960_720

Alors que les propriétés et les fonctions du sang étaient sujets de fascination et de débat, même dans les temps de Hippocrate (460 avant JC). Les mécanismes de l’hémostase ne se sont progressivement compris que dans les 19ème et (en particulier) 20ème siècles. La fibrine en caillots était décrite en 1832 par Johannes Müller. Le précurseur de la fibrine dans le plasma a été nommé fibrinogène par Rudolf Virchow et isolé en 1856 par Prosper Sylvain Denis. Les plaquettes n’étaient pas décrite jusqu’en 1865 et la première compréhension de leur fonction a dû attendre encore 15 ans. Les «saignements» congénitaux (appelés maintenant «hémophilie») ont été reconnus en antiquité et sont devenus largement connus après le prince Léopold, fils de la Reine Victoria de Grande-Bretagne, qui est décédé en 1884 après une chute. Mais les hémophilies A et B n’ont pas été correctement comprises ou efficacement traitées jusqu’aux années 1950. La théorie des quatre facteurs de coagulation sanguine (la thromboplastine, la prothrombine, le calcium et le fibrinogène) n’a été développé qu’au début des années 1900. Un énorme progrès a été effectué par la suite, en particulier depuis 1940, mais certains détails du mécanisme de coagulation doivent encore être élucidés. La découverte de la vitamine K a permis d’avoir un angle d’attaque pour les maladies liées à un défaut de coagulation, car on s’est aperçut qu’on pouvait cliniquement améliorer l’état des patients atteints de plusieurs type de pathologies liées à la coagulation.

L’usage de la vitamine K

L’efficacité de l’usage de la vitamine K dans la prévention des saignements dus à une déficience en vitamine K est établie mais la plupart des bébés ne la reçoivent pas dans les pays en voie de développement, où les saignements dus à une déficience en vitamine K sont connus pour être plus fréquents mais mal documentés. La prophylaxie devrait être accessible à tous les nouveau-nés du monde entier sous une forme sûre, pratique et abordable. Chez l’adulte, l’usage de la vitamine K est utile pour les hémophiles mais son usage est encore plus important et plus utile en combinaison avec la vitamine D afin d’améliorer l’état des athérosclérotiques (voir l’article à ce sujet).

La coagulation sanguine se produit, comme je l’ai déjà expliquer dans un précédant article, à travers soit la voie intrinsèque, soit la voie extrinsèque qui sont suivit par la voie commune. Ces 3 voies se déroulent à travers des séquences de conversion des facteurs de coagulation sanguine. Ces facteurs sont pour la plupart synthétisés dans le foie sous l’action de la vitamine K. Ce qui implique que la déficience en vitamine K ralentie la coagulation sanguine dès le début la voie métabolique.

 

Lire aussi :

 

Coagulation sanguine : Les voies métaboliques

La vitamine K2 prévient la calcification vasculaire et améliore le métabolisme osseux

Coagulation sanguine : généralités et facteurs de coagulation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *