Alimentation omnivore versus herbivore : et la clownerie continue..

exchange-of-ideas-796139_960_720

Aujourd’hui, j’ai décidé de rédiger un article très simple et sans aucune limite de scientifiquement (politiquement ?) correct. Quand on veut faire passer un savoir, on est contraint d’utiliser un jargon et un style d’écriture afin de ne pas tomber dans la superficialité et la simplification excessive au risque de déformé l’information. Mais quand on veut passer un message, on n’a pas besoin de ce style littérairement correct.

Après des mois de scientifiquement et littérairement correct, cet article servira t il de défouloir ? ou simplement de dire la vérité que les uns ne voient pas et que les autres n’ont pas le courage de voir et encore moins de dire.

En lisant cet article vous n’apprendrez rien. C’est mon avis et ça n’engage que moi.

Pourquoi herbivore et pas végétalien ?

C’est en référence aux animaux herbivores puisque le fondement de l’argumentaire que l’humain est exclusivement herbivore est fondé sur le postulat que ce dernier est un animal. Les animaux herbivores sont herbivores et en partant du postulat que je suis un animal (ce que je ne valide pas en réalité), je serais donc herbivore (ce que je ne valide pas non plus, par simple déduction logique à partir du premier postulat).

Un magma de débats inutiles et sans fin..

Le débat continue à propos de toutes sortes de sujets aussi extravagants qu’inutiles. Parmi ces débats qui sont lancés (il faut le dire) par les militants de la sphère herbivore (je fais très bien la distinction entre les militants et les autres), la question des protéines. Et comme par enchantement on est arrivé à séparer les protéines en deux camps qui se font la guerre, les protéines végétales et les protéines animales. J’avais déjà traité cette question et je ne reviendrai pas la dessus.
Et puis, si on sortait un peu de cette histoire de protéines puisque, d’abord, il n’y a pas que les protéines qui posent problème et ensuite, que ça fait plus d’un demi siècle que les industriels de l’élevage et du végétal se tirent la couverture chacun de son côté, ce qui produit ce genre de discours et de débats, des études contradictoires qui s’étalent aussi sur d’autres sujets (lait, soja, pesticides, OGM, antibiotiques pour animaux, conditions d’élevage, appauvrissement des terres…).
Pensez vous vraiment qu’il y a des gens (scientifiques, médecins, écolo, nutritionnistes….) qui se sont dit un jour, tiens, demain après midi à 14:13, on va lancer le débat sur les protéines ou sur les conditions d’élevage des animaux ou sur les OGM et tout le reste ?
Je vais le dire simplement et une fois pour toute: IL Y A LES CONNARDS QUI SONT FINANCÉS SOIT PAR LES INDUSTRIELS DU VÉGÉTAL, SOIT PAR DES INDUSTRIELS DE L’ÉLEVAGE qui lancent ces débats pour attaquer les marchés d’un camp ou d’un autre, et puis IL Y A LES MOUTONS ET LES PINGOUINS qui reprennent ces débats, souvent de manière hystérique et sans talent, pour en faire une religion.

L’Homme est il exclusivement herbivore ?

Ok, actuellement grâce à la mondialisation, on a non pas seulement les aliments végétaux de toutes les saisons mais aussi les aliments végétaux du monde entier.. Pourrait on, nous dit on, vivre en étant entièrement herbivore si l’on diversifiait son apport en aliments végétaux et en consommant des quantités significativement beaucoup plus élevées comparé à une alimentation carnée (c’est en tout cas ce que disent les uns)…

Piste de réflexion N°1:

Concernant la diversification des aliments végétaux, avant la mondialisation (il y a un siècle ou plusieurs si vous voulez), quand on se déplaçait à pied ou à cheval, les humains mangeaient les végétaux qu’ils trouvaient dans leur territoire (très limité géographiquement par rapport à aujourd’hui).
Les habitants du désert pourront ils survivre avec des dattes seulement ?
Les africains, pourraient ils survivre avec des fruits exotiques seulement?
Les méditerranéens pourrait ils survivre avec des olives, des oranges, des raisins et du pain seulement?
Et que dire des pays scandinaves et ceux qui vivaient plus vers le nord?
Peut on survivre juste avec des stocks de céréales, et quelques espèces de fruits /légumes?
La réponse est évidement NON.
C’est pour cela qu’on chassait, pour pouvoir survivre.

Piste de réflexion N°2:

Concernant la quantité d’aliments consommés, les herbivores consomment définitivement beaucoup plus d’aliments que les carnivores (si on part du postulat qu’on est des animaux), les industriels seront ils mécontents de vendre plus de produits alimentaires ? de suppléments ?
Ceux qui fabriquent la B12 par exemple ne sont ils pas ceux qui fabriquent les médocs et les vaccins ?
Les industriels du végétal ne sont ils pas entrain de spolier les terres, d’utiliser des pesticides, des additifs alimentaires cancérigènes, de polluer l’environnement et de détruire définitivement les semences de bonne qualité nutritive ? Tout comme les industriels de l’élevage sont entrain d’exploiter de façon dégueulasse les animaux, utiliser des antibiotiques, des colorants et tout le reste ?

Piste de reflexion N°3:

On a réussit à faire monter les hommes contre les femmes, les hétéro contre les homo, les religieux contre les athées, les religieux entre eux, les femmes entre elles, les identitaires contre les étrangers, les identitaires entre eux, les étrangers entre eux, les salariés contre les chefs d’entreprises, les ouvriers contre les paysans, pour l’IVG, contre l’IVG, procontraception, anticontraception, proavortement, antiavortement, pro, anti, pro anti, droite gauche, gauche droite, droite droite gauche droite….. maintenant on arrive aux plantes contre les animaux, omni contre végé, puis végé entre eux, protéines végétales contre protéines animales … Hystérie généralisée, n’est ce pas ?

Piste de réflexion N°4:

Les sans domicile fixe, les gens qui crèvent la dalle, les mendiants, les enfants africains atteints par la famine, les indiens qui gagnent moins d’un dollar par jour… Ces gens là, que pensent ils de tout ce qui se dit sur la manière de manger ou de ne pas manger ? Ces débats finalement ne sont ils pas des débats de bourgeois arrogants, narcissiques avec un égo gigantesque, et qui n’aiment les africains que pour faire des safari dans des 4 X 4 ou qui ne se souviennent de leur compatriotes qui crèvent de faim qu’une fois par an, à l’image des Enfoirés (comprenez le comme vous le voudrez).
Défendre les animaux c’est très bien, mais ne devrait on pas commencer par les humains ? Remarquez que si on part du postulat que l’humain est un animal, cette question n’aurait aucun sens.

Solutions :

– Abolition totale et définitive de l’industrie agroalimentaire et du médicament. Ce que personne n’ose dire ni même penser.
– Retour à l’alimentation d’avant l’apparition des épidémies et des problématiques de santé publique actuelles, c’est à dire retour à l’alimentation d’il y a un siècle.
– Un peu d’humilité, moins de médias, nous aiderait à poser les pieds sur terre, et nous ferait beaucoup de bien.
– Sinon pour ceux qui s’attendaient à des solutions vite fait, du genre une minute au micro-onde et c’est parti, il n’y en a tout simplement pas.

Lire aussi :

 

Végétalisme et industrie agroalimentaire, des conséquences de la mondialisation

Mythe du cholestérol ou la prostitution de la science moderne

Un régime vegan est mauvais pour la santé vous disent les allemands

Statines et cholestérol, le débat est clôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *