Thérapie physique de la lombalgie chez les enfants et les adolescents : Métanalyse

capture

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il existe finalement assez peu d’études à ce sujet, ou du moins peu d’études qui présentent méthodologiquement parlant un niveau de preuve élevé. Seulement 8 études ont pu être recueillies dans cette métaanalyse (Calvo-Munoz et al., 2013). A travers ces 8 études, un échantillon total de 334 sujets a pu faire l’objet d’un traitement statistique dans cette métaanalyse. Les auteurs ont pu identifier différentes approches thérapeutiques résumées dans le tableau plus bas (voir le tableau en détail). Ce tableau présente brièvement les différents programmes testés ainsi que les différents résultats obtenus pour chaque étude. Le but de cette métaanalyse était de normaliser les échantillons de chacune des études afin de pouvoir comparer les programmes de toutes ces études entre eux et ainsi de pouvoir en tirer une conclusion sur le type de traitement qui fonctionne le mieux chez les enfants et les adolescents atteints de lombalgie.

Le résultat était que les programmes qui intégraient à la fois le renforcement musculaire et la thérapie physique étaient les plus efficaces, c’est à dire, les programmes suivants : Perich et al. (2011), programme 1 de Thorpe et al. (2009). Le reste des approches étaient significativement efficaces mais sans atteindre le niveau d’efficacité de ces deux programmes.

 

Etudes Approches thérapeutiques Résultats
Ahlqwist et al., 2008 Comparaison entre deux programmes de réhabilitation :

1- Programme d’exercices individualisés pour le renforcement du dos + Education posturale du dos + programme d’exercices à domicile

2- Programme non individualisé en self-training + Education posturale du dos + programme d’exercices à domicile

Le 2me programme a donné les meilleurs résultats
Clifford, 2009 Comparaison entre trois techniques de réhabilitation :

1- Stabilisations

2- Mobilisations et manipulations

3- Exercices spécifiques

La 2me approche était la plus efficace
Fanucchi et al., 2009 Comparaison entre un groupe contrôle et un groupe expérimental :

1- Huit semaines d’exercices spécifiques + programme d’exercices à domicile

2- Aucun traitement

Le premier groupe présentait le plus haut taux de rémission
Fernandes et al., 2009 Etude d’une série de cas :

Thérapie manuelle + techniques myofasciales + streaching

Harringe et al., 2007 Comparaison entre un groupe contrôle et un groupe expérimental :

1- Exercices spécifiques de contrôle de la colonne lombaire (programme d’entraînement)

2- Aucun traitement

Le premier groupe présentait le plus haut taux de rémission
Jones et al., 2007 Comparaison entre un groupe contrôle et un groupe expérimental :

1- Exercice aérobie, de souplesse et de force (8 semaines) + Exercices à domicile

2- Aucun traitement

Le premier groupe présentait le plus haut taux de rémission
Perich et al., 2011 Comparaison entre un groupe contrôle et un groupe expérimental :

1- Programme multidimensionnel : Programme d’exercices individualisés basés sur un test musculo-squelettique préalable + Session d’éducation posturale + Tests musculo-squelettiques de suivi + programme de renforcement musculaire.

2- Aucun traitement

Le premier groupe présentait le plus haut taux de rémission
Thorpe et al., 2009 Evaluation de l’effet de la thérapie physique sur deux groupes :

1- Session d’éducation posturale + Thérapie physique + Renforcement musculaire

2- Session d’éducation posturale + Renforcement musculaire

Le premier groupe présentait le plus haut taux de rémission

 

Lien vers la métaanalyse :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3568715/#B51

Lire aussi :

 

Sport-thérapie : Catégories d’exercices pour le renforcement musculaire

Rééducation des anomalies congénitales cervicales

Comment maigrir : la mindfulness n’est pas efficace pour perdre du poids

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *