L’intelligence artificielle au service des maladies métaboliques

L’intelligence artificielle (IA) fait de grand progrès au service de la médecine en général et des maladies métaboliques en particulier.

L’apprentissage automatique, grâce notamment aux réseaux de neurones et la démultiplication des données massives de phénotypage, améliore considérablement l’aide au diagnostic médical. On peut ainsi augmenter le nombre de patients identifiés comme pouvant bénéficier d’un traitement spécifique, tout en évitant de traiter inutilement d’autres patients. On peut aussi – en principe – adapter la prise en charge et le suivi. Au-delà de la prédiction, c’est le pronostic des traitements et la stratification des patients dans une pathologie aux phénotypes complexes que l’IA permet d’améliorer. L’IA contribue aussi à une nouvelle médecine de précision en intégrant les nouvelles données « omiques » massives, comme celles issues de la métagénomique. Nous présentons ici, avec quelques exemples, comment l’IA peut offrir des solutions pour mieux stratifier, diagnostiquer et pronostiquer les patients, mais soulève aussi de nombreuses questions dont celles d’éthiques, d’interprétabilité des décisions, d’acceptation par le corps médical et des patients, ainsi que de sécurité. Ces questions sont clés pour tous les acteurs de nos systèmes de santé en pleine mutation.

Source:

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1957255720300407

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *