Les troubles du comportement alimentaire restrictifs chez l’enfant: anorexie mentale, “petits mangeurs”, phobies et autres ARFID

La surveillance de la croissance à travers l’analyse systématique des courbes de croissance staturo-pondérale et d’IMC en consultation pédiatrique permet un repérage précoce des troubles du comportement alimentaire (TCA) restrictifs.

• Aphagie ne signifie pas toujours anorexie mentale.
• La prise en charge pluridisciplinaire précoce, médicale, somatique et pédopsychiatrique, nutritionnelle, et psycho-éducative permet d’améliorer le pronostic et la qualité de vie des jeunes patients avec un TCA restrictif.
Les troubles du Comportement Alimentaire (TCA) restrictifs à début précoce constituent un ensemble hétérogène de troubles du comportement alimentaire regroupant d’une part l’anorexie mentale à début pré-pubère et d’autre part les ARFID – Avoidant Restrictive Food Intake Disorders. Par leur survenue à une période critique du développement, les TCA restrictifs de l’enfant entraînent des altérations de la santé physique avec, selon leur durée d’évolution, un impact sur la croissance, la puberté, la minéralisation osseuse, le développement cérébral, ainsi que des altérations du fonctionnement cognitif et psychosocial. Malgré une prévalence élevée, le repérage et la prise en charge des troubles du comportement alimentaire sont souvent retardés. Une meilleure connaissance des troubles, un repérage précoce et une prise en charge pluridisciplinaire à la fois médicale, somatique et pédopsychiatrique, nutritionnelle et psycho-éducative sont nécessaires afin d’améliorer le pronostic et de limiter les impacts physique et psychologique sur le fonctionnement des enfants.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *