La curcumine et les composés apparentés dans les cellules cancéreuses : De nouvelles voies pour d’anciennes molécules

La curcumine et les composés apparentés sont connus pour leur large spectre d’activités. Les caractéristiques chimiques de ces composés sont importantes pour leurs effets biologiques avec un rôle clé pour les groupes carbonyles α-β insaturés réactifs au thiol. Les dérivés de la curcumine peuvent surmonter la limitation de la biodisponibilité du composé parent, tout en conservant les caractéristiques chimiques clés responsables des activités biologiques. La curcumine et les composés apparentés présentent des activités anti-virales, anti-fongiques, anti-microbiennes et anti-tumorales. Les effets thérapeutiques de la curcumine, utilisée comme complément dans le traitement du cancer, ont été documentés dans divers types de cancer, dans lesquels l’inhibition de la croissance cellulaire et des voies de survie, l’induction de l’apoptose et d’autres voies de mort cellulaire ont été rapportées. L’apoptose induite par la curcumine a été liée à la fois aux voies apoptotiques intrinsèques et extrinsèques. La nécroptose a également été impliquée dans la toxicité induite par la curcumine. Parmi les effets induits par la curcumine, la ferroptose a également été décrite. Le mécanisme de toxicité de la curcumine peut être déclenché par un stress du réticulum endoplasmique médié par des espèces réactives de l’oxygène. Les cibles de la curcumine ont été identifiées dans le contexte du système ubiquitine-protéasome, avec des preuves d’inhibition des activités protéolytiques du protéasome et des déubiquitinases cellulaires. Il a été récemment démontré que la curcumine agit sur le microenvironnement tumoral avec des effets sur les fibroblastes associés au cancer et sur les cellules immunitaires. Le produit apparenté, l’ester phénéthylique de l’acide caféique, a montré des résultats précliniques prometteurs avec un effet sur le microenvironnement inflammatoire. Nous passons en revue ici les mécanismes qui sous-tendent la toxicité de la curcumine et de ses dérivés sur les cellules cancéreuses, en mettant l’accent sur les voies de mort cellulaire et le système ubiquitine-protéasome.

La curcumine a été largement étudiée comme agent anti-âge et chimiopréventif. Globalement, l’efficacité de la curcumine a été attribuée à la modulation des voies de signalisation associées au développement et à la progression des tumeurs via une interaction avec une variété de protéines impliquées dans la prolifération, l’apoptose et l’inflammation. Des effets opposés sont décrits en fonction du contexte (par exemple, des cellules normales par rapport à des cellules tumorales).

Un aspect très prometteur de la recherche sur la curcumine semble être l’étude de stratégies visant à améliorer les inconvénients de la molécule ou l’utilisation d’autres composés apparentés tels que l’ester phénéthylique de l’acide caféique qui semble être plus stable. Dans ce contexte, les effets des composés apparentés à la curcumine sur le microenvironnement tumoral et pas seulement sur les cellules tumorales semblent intéressants. La biodisponibilité de la curcumine, qui en soi ne peut être considérée comme un médicament dans la thérapie du cancer, mais comme un supplément, peut être améliorée par encapsulation dans des micelles ainsi que dans d’autres types de nanoparticules. Dans ce contexte, la toxicité des tensioactifs utilisés pour ces formulations doit être prise en compte.

L’identification de nouvelles cibles pour la curcumine et les composés apparentés dans le système ubiquitine-protéasome et l’élucidation des mécanismes précis d’interaction avec le protéasome ouvrent de nouvelles voies pour la compréhension des effets de ces composés sur les tumeurs.

Source :https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9170941/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *