Nodules thyroïdiens et leur association avec la vitamine D chez les centenaires


-Près de trois quarts des centenaires avaient des nodules thyroïdiens.

-La plupart des nodules thyroïdiens étaient probablement bénins, sans caractéristiques échographiques suspectes, chez les centenaires.

-La carence en vitamine D était associée à des nodules thyroïdiens probablement malins dans cette population.

Les nodules thyroïdiens (TNs) et l’hypovitaminose D sont des conditions communes chez les personnes âgées. Notre objectif était de déterminer la prévalence des nodules thyroïdiens bénins et malins chez les centenaires et d’examiner leurs associations avec les niveaux de vitamine D sérique.

Une enquête de population a été menée auprès de 875 centenaires à Hainan, en Chine. Les glandes thyroïdiennes et les zones du cou ont été examinées par des échographistes certifiés par le conseil d’administration selon des procédures standard.

La prévalence des nodules thyroïdiens (TN) était de 74,2 %, dont 58,9 % dans le groupe des nodules thyroïdiens probablement bénins (TIRADS 2, 3) et 15,5 % dans le groupe des nodules thyroïdiens probablement malins (TIRADS 4A, 4B, 4C, 5). Une analyse de régression logistique a révélé que les niveaux de vitamine D sérique étaient indépendamment associés à une augmentation de la prévalence des nodules thyroïdiens. Nous avons observé une relation dose-effet inverse entre les nodules thyroïdiens et le statut sérique en vitamine D avec des ajustements complets (P pour la tendance = 0,025%). Pour le groupe présentant une carence sévère en vitamine D, le groupe présentant une carence et le groupe présentant une carence, respectivement, les rapports de cotes et les intervalles de confiance à 95 % (RC : IC) pour les nodules thyroïdiens possiblement malins étaient de 3,46 (1,26-9,51), 2,15 (1,08-4,28) et 1,41 (0,72-2,75), par rapport au groupe présentant un statut optimal en vitamine D. Le rapport de cotes multivariable pour une diminution de 5 ng/mL du taux de vitamine D sérique était de 1,16 (IC à 95 % : 1,01-1,33), pour les nodules thyroïdiens possiblement malins chez les centenaires.

On a constaté que près des trois quarts des centenaires avaient des nodules thyroïdiens. La plupart de ces nodules étaient bénins et ne présentaient pas de résultats échographiques suspects. La carence en vitamine D était associée aux nodules thyroïdiens comme caractéristiques suggestives de malignité dans cette population.

Source :https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0531556522000389

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *