De multiples traitements pour ralentir la fonte musculaire liée à l’âge


Tout le monde veut rester en forme et en bonne santé en vieillissant. Mais en vieillissant, notre corps se dégrade, nos muscles se contractent et notre force diminue. Certaines personnes âgées souffrent d’une perte musculaire excessive, une affection connue sous le nom de sarcopénie. Des chercheurs de l’université de Bâle montrent qu’une thérapie combinée pourrait retarder l’apparition de la sarcopénie.

Nous vivons aujourd’hui plus longtemps que jamais dans l’histoire de l’humanité, mais pour profiter de ces années supplémentaires, nous devons rester en bonne santé, mobiles et indépendants. Or, avec l’âge, nos muscles perdent inévitablement de la masse et de la force. Cette perte musculaire liée à l’âge met fin à un mode de vie autonome pour de nombreuses personnes âgées, qui doivent alors s’en remettre à leur famille ou au système de soins de santé pour une aide quotidienne.

Ralentir la perte musculaire liée à l’âge

“Le déclin musculaire lié à l’âge se produit déjà à la trentaine mais commence à s’accélérer vers 60 ans. À l’âge de 80 ans, nous avons perdu environ un tiers de notre masse musculaire”, explique le Dr Daniel Ham, l’un des principaux auteurs de l’étude maintenant publiée dans “Nature Communications”. “Bien que ce processus de vieillissement ne puisse pas être arrêté, il est possible de le ralentir ou de le contrecarrer, par exemple en faisant de l’exercice.”

Les chercheurs dirigés par le professeur Markus Rüegg au Biozentrum de l’Université de Bâle ont démontré chez la souris que la restriction calorique et le médicament rapamycine ont tous deux un effet positif sur le muscle squelettique vieillissant. “Si nous pouvons comprendre ce qui se passe dans le muscle lorsque nous vieillissons, peut-être pourrons-nous concevoir des traitements pour contrer le vieillissement musculaire et prévenir la sarcopénie.”

“La restriction calorique et la rapamycine ont toutes deux été proposées comme interventions anti-âge, mais nous ne nous attendions pas à ce que les deux traitements offrent des avantages additifs”, explique le Dr Nitish Mittal, autre auteur principal de l’étude. Auparavant, on pensait que le jeûne modéré et la rapamycine représentaient des moyens différents d’atteindre le même objectif, à savoir la suppression du complexe protéique mTORC1, qui accélère le vieillissement lorsqu’il est hyperactif.

Des effets bénéfiques renforcés par un traitement combiné

“Contrairement à nos attentes, les traitements ne convergent pas de manière redondante vers mTORC1”, souligne M. Ham. “Si nous pouvions comprendre que la restriction calorique ait des effets bénéfiques allant au-delà de la suppression de mTORC1, nous avons été incroyablement surpris de constater que la rapamycine, un inhibiteur de mTORC1, ralentissait davantage le vieillissement musculaire chez les souris soumises à une restriction calorique, où les nutriments activant mTORC1 ne sont disponibles que quelques heures par jour.” Chez les souris soumises à une restriction calorique et traitées par la rapamycine, les effets bénéfiques étaient donc additifs, les souris affichant une fonction musculaire nettement meilleure que les souris recevant l’un ou l’autre traitement seul. “Comparées à leurs congénères, les souris traitées sont plus actives et plus aptes physiquement parce que leurs muscles restent en bonne santé”, explique Ham.

Des muscles sains pour une indépendance plus longue

“La santé de nos muscles est vraiment une richesse. Au-delà de la fonction physique, les muscles sont essentiels au métabolisme du corps entier et au bon fonctionnement de nombreux organes”, explique Mittal. L’impact positif des régimes hypocaloriques et de la rapamycine sur le vieillissement musculaire conduit à la question intrigante de savoir si les personnes âgées souffrant de sarcopénie peuvent bénéficier d’une thérapie combinée comprenant un inhibiteur de mTORC1, un médicament imitant la restriction calorique et peut-être de l’exercice.

“Des muscles forts et en bonne santé présentent de nombreux avantages pour les personnes âgées, en fait pour nous tous”, déclare M. Ham. “Nous pouvons mener une vie active et indépendante plus longtemps, et profiter d’activités telles que la randonnée, les voyages ou la prise en charge des petits-enfants.” Cela joue un rôle majeur dans la qualité de vie et la satisfaction des personnes âgées et allège également la charge des soins de santé.

Source :https://www.unibas.ch/en/News-Events/News/Uni-Research/Multiple-treatments-to-slow-age-related-muscle-wasting.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *