Carences en micronutriments dans les maladies graves

De nombreuses études ont fait état de faibles taux de micronutriments dans les cas de maladies graves.

En raison des propriétés antioxydantes de divers micronutriments, une carence en micronutriments peut augmenter le stress oxydatif dans les maladies graves. Cependant, on ne sait toujours pas si les concentrations de micronutriments chez les patients en soins intensifs sont différentes de celles des témoins sains appariés selon l’âge. On ne sait pas non plus si la carence en micronutriments se développe, s’aggrave ou se résout pendant l’admission en soins intensifs sans supplémentation.
Les chercheurs ont étudié de manière prospective une cohorte de patients adultes gravement malades. Les niveaux de micronutriments, notamment le sélénium, le β-carotène, les vitamines C, E, B1 et B6 ont été mesurés à plusieurs reprises au cours de la première semaine d’admission en USI. Ils ont comparé les concentrations de micronutriments à l’admission en USI à celles de témoins sains appariés selon l’âge. En outre, ils ont étudié les associations entre les concentrations de micronutriments et la gravité de la maladie, l’inflammation et l’apport en micronutriments.
Les concentrations sanguines de micronutriments ont été obtenues chez 24 adultes gravement malades et 21 témoins sains appariés selon l’âge. Les niveaux moyens de micronutriments à l’admission chez les patients en soins intensifs étaient les suivants : sélénium 0,52 μmol/l, β-carotène 0,17 μmol/l, vitamine C 21,5 μmol/l, vitamine E 20,3 μmol/l, vitamine B1 129,5 nmol/l et vitamine B6 41,0 nmol/l. Chez les témoins sains, les niveaux de micronutriments de sélénium (0,90 μmol/l), de β-carotène (0,50 μmol/l), de vitamine C (45 μmol/l) et de vitamine E (35,5 μmol/l) étaient significativement plus élevés, tandis que la vitamine B1 (122 nmol/l) et la B6 (44 nmol/l) n’étaient pas significativement différentes entre les patients et les témoins.
Les taux de sélénium, de vitamine B1 et de vitamine B6 sont restés stables pendant l’admission en soins intensifs. Les niveaux de vitamine C ont diminué de manière significative jusqu’au cinquième jour (p < 0,01). Les niveaux de vitamine E et de β-carotène ont augmenté de manière significative aux jours 5 à 7 et au jour 7, respectivement (p < 0,01).
Les niveaux de micronutriments n’étaient pas associés à la gravité de la maladie, à la CRP ou à l’apport en micronutriments pendant l’admission.
À l’admission, les patients des soins intensifs présentaient déjà des taux plasmatiques de sélénium, de β-carotène, de vitamine C et de vitamine E inférieurs à ceux des témoins sains. Les taux de vitamine C ont chuté de manière significative au cours des premiers jours d’admission en USI, tandis que les taux de β-carotène et de vitamine E ont augmenté après 5 à 7 jours. Aucune association entre les niveaux de micronutriments et la gravité de la maladie, la protéine C-réactive (CRP) ou l’apport en micronutriments n’a été trouvée. L’alimentation entérale progressive par sonde contenant des vitamines et des oligo-éléments ne permet pas de normaliser les taux plasmatiques au cours de la première semaine de séjour en soins intensifs. Il s’agissait d’une étude génératrice d’hypothèses et des recherches plus approfondies dans un échantillon plus large et plus diversifié sont nécessaires.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *