Dopage : Compléments alimentaires positifs lors des tests antidopage ?

800px-Jeanson0206_266

Les études indiquent qu’en moyenne entre 40% et 70% des sportifs utilisent les compléments alimentaires à des fins de récupération et d’amélioration de la performance (1, 2, 3, 4). Les compléments alimentaires destinés aux sportifs sont considérés par les sportifs eux-mêmes comme des produits très utiles, non pas seulement pour l’amélioration de leur performance mais également au maintien de leur santé. En revanche, ce penchant pour les suppléments, ne provient il pas d’autres problématiques plus déterminantes sur le plan de la santé publique ?

En effet, les compléments alimentaires sont devenus une nécessité en raison de la pauvreté de l’alimentation actuelle, de l’envahissement des médicaments (malgré leur toxicité) entant que seul et unique moyen de traitement des maladies, mais aussi d’une conscience de plus en plus importante des populations de la nécessité de réformer le système de santé publique actuel. Les sportifs constituent une catégorie de la population qui est des plus conscientes de toutes ces problématiques. La pratique du sport recentre l’individu sur son corps et ses besoins. La santé devient au centre des préoccupations des sportifs. Les sportifs de haut niveau (niveau international) sont confrontés à un niveau de compétition déterminé en grande partie dans la plupart des disciplines sportives par la prise de produits dopants. Le reste des sportifs cherchent à trouver un compromis entre santé et forme physique. Ce compromis est actuellement très bien représenté par les compléments alimentaires. Ces derniers ne sont ni des produits dopants nocifs pour la santé, ni des médicaments au sens allopathique du terme, ni des aliments dépourvus de toutes valeurs nutritive, ils ont un statut particulier qui se situe au carrefour de ces 3 éléments.

Ceci est très encourageant, mais qu’en est il des 10 à 15% des compléments alimentaires testés positifs lors des contrôles antidopage (5, 6, 7, 8) ?

Et bien, plusieurs études (8, 9, 10, 11) montrent que plus d’un supplément sur 10 destinés aux sportifs contient des produits dopants et ceux pour différentes raisons :

  • Mauvais étiquetage
  • Etiquetage insuffisant
  • Contamination involontaire avec des produits dopants
  • Contamination volontaire avec des produits dopants

Le grand nombre d’athlètes utilisant les suppléments, couplé au grand nombre de suppléments contaminés par des substances dopantes conduit inévitablement à un nombre élevé d’athlète testés positifs après une prise de suppléments (1). Le manque de contrôle antidopage sur les suppléments afin d’évaluer leur pouvoir dopant est dû à la réglementation défectueuse qui sépare les médicaments des compléments alimentaires. Ceci rend très difficile le contrôle de produits étiquetés comme complément alimentaire par les organisations chargées du contrôle antidopage (12, 13, 14, 15, 16).

Dans une étude publiée par Geyer et al. (2008), 634 suppléments ont été contrôlés. 95 d’entre-eux (15%) étaient contaminés par des stimulants, des stéroïdes anabolisants et androgènes (17). Une autre étude également ménée par Judkins et al. (2007) montre, après examen de 58 suppléments vendus dans le marché américain, que plus de 11% de ces suppléments étaient contaminés par des stéroïdes tels que l’androsténédione et l’androsténolone et par des stimulants comme l’éphédrine et la méthyléphédrine (18).

En plus de la problématique de la contamination des suppléments par des produits dopants, il ne faut pas omettre de mentionner l’imperfection des tests antidopage et le nombre élevé de faux positifs. D’autres études (19) ont montrés le risque d’apparition de résultats faux positifs lors de tests de compléments alimentaires surtout ceux dont la composition est complexe. Les compléments sportifs renfermant des substances qui interfèrent avec les marqueurs utilisés lors des tests antidopage sont en général rares, c’est probablement la raison pour laquelle le nombre d’études à ce sujet est très minime.

Dans tous les cas :

  • Consultez attentivement les étiquettes des suppléments
  • Utilisez des suppléments avec une bonne traçabilité
  • Faites une enquête sur la marque et le produit que vous planifiez d’utiliser
  • N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre coach, nutritionniste ou médecin
  • Ne prenez pas de suppléments si vous n’avez pas une idée claire sur leur utilité
  • Consultez la base de données antidopage mise à disposition par la WADA

 

Références :

1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16541381

2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19812387

3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16118303

4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17993788

5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11377067

6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12650722

7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21646366

8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16156450

9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11591885

10. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17957017

11. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16195040

12. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16541381

13. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11268222

14. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/13129996

15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12131059

16. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18981038

17. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21087651

18. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18563865

19. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25722470

 

Lire aussi :

 

[CONSEILS NUTRITION] OrthoThink #4 : Formule dopage naturel pour sportifs de haut niveau

4 types de suppléments pour développer sa masse musculaire

Pourquoi la consommation des suppléments protéinés provoque une irritabilité de l’intestin?

Femme et sportive ? 3 éléments nutritionnels à surveiller

Conseils pour sportifs: Kältetherapie pour récupération turbo

Pourquoi les sportifs doivent ils réduire leur consommation d’antioxydants ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *