Autisme : la carence en vitamine D est un facteur de risque

Autism-stacking-cans_2nd_edit

Il est actuellement admis que la vitamine D est une hormone régulant l’expression d’un très grand nombre de gènes, certaines études vont jusqu’à donner un pourcentage : 5% à 10% du génome humain (1). Ceci est tout simplement gigantesque. Dans cet article nous aborderons l’implication du métabolisme de la vitamine D dans la genèse des désordres du spectre autistique.

En effet, la carence en vitamine D a été montré un facteur de risque augmentant la prévalence des troubles autistiques. De plus en plus d’études mettent en relation la vitamine D et l’autisme, que se soit en croisant des données sur le taux de vitamine D chez les enfants autistes ou en effectuant des études d’intervention sur la supplémentation des enfants autistes en vitamine D. D’autres études également vont jusqu’à faire le lien entre les taux de vitamine D chez la femme enceinte et l’éventualité d’apparition des désordres du spectre autistique chez son enfant plus tard après l’accouchement.

Ces corrélations entre les concentrations de vitamine D et l’apparition de l’autisme, sont, sans aucun doute, effective grâce à l’effet neuroprotecteur de la vitamine D à travers sont effet neurotrophique et immunomodulateur (2). Le rôle neuroprotecteur de la vitamine D peut également être perçu grâce à la réduction de la prévalence des crises d’épilepsie chez les bébés autistes. Plus d’un autiste sur trois serait atteint d’épilepsie et un sur quatre de crises d’épilepsie (3, 4) alors que les bébés dont les mères prenaient un traitement antiépileptique, présenteraient des taux bas de vitamine D associés à l’apparition des désordres du spectre autistique (5).

L’inhibition de l’afflux excessif du calcium dans le tissu cérébral en inhibant l’expression du régulateur des canaux de calcium de type L (6) est l’un des mécanisme neuroprotécteur de la vitamine D. Parmi les autres mécanismes neuroprotecteurs de la vitamine D, son rôle antioxydant et antiinflammatoire. Il a également été rapporté que la vitamine D (25 OH D) serait très impliquée dans la régulation de l’activité des cellules T (T helper et T4) et que la carence en vitamine D pourrait contribuer à provoquer, entre autres, la libération dans le sang d’autoantigènes de type glycoprotéique (antimyeline) (7).

En revanche, le mécanisme le plus important par lequel la vitamine D permettrait de prévenir, voire d’améliorer les symptômes de l’autisme est sa régulation du métabolisme de la sérotonine. Cette dernière est synthétisée à partir du tryptophane en deux étapes :

1- Hydroxylation du tryptophane en 5-hydroxytryptophane par l’enzyme TPH (TPH2 pour la sérotonine du cerveau, et TPH1 pour celle synthétisée au niveau intestinal) en présence du fer et de la tetrahydrobioptérine (TH4)

2- Décarboxylation du 5-hydroxytryptophane en sérotonine.

Il se trouve que le taux de sérotonine dans le cerveau dépend du taux de tryptophane dans le sang. Les taux sanguins de tryptophane et la concentration de la sérotonine dans le cerveau sont positivement corrélés aux comportements prosociaux et à une communication normale avec le milieu extérieur (8). On observe une désociabilisation totale chez les enfants autistes qui a été associée dans maintes études à des taux très bas de sérotonine dans le cerveau (9, 10). De plus, le taux de sérotonine est également positivement corrélé à la gravité des manifestations des désordres du spectre autistique (11, 12, 13, 14).

A partir de ce lien entre sérotonine et autisme, il est facile de comprendre l’action positive de la vitamine D dans le traitement de l’autisme car c’est par cette dernière que le métabolisme de la sérotonine et du tryptophane est régulé. Patrick & Ames (2014) (15) abordent la question de la régulation de la synthèse de la sérotonine par la vitamine D en proposant plusieurs arguments, notamment :

– Parmi le très grand nombre de gènes régulés par la vitamine D, le gène régulant l’activité de la TPH1 dans le cerveau (16).

– Il existe une synchronisation inversée entre les effets ostéoclastes de la déficience en vitamine D et l’activité de la TPH1. Ce lien est expliqué par l’effet inhibiteur de la vitamine D sur le gène régulateur de la TPH1 (17, 18).

– La sérotonine produite à partir du TPH2 (celle du cerveau) présente des taux bas l’hiver et des taux élevés l’été, ce qui est bien entendu parfaitement corrélé aux concentrations de la vitamine D durant ces mêmes périodes (19, 20, 21, 22).

CONCLUSION:

Il apparaît de cette analyse que la carence en vitamine D à la fois chez les femmes enceintes et chez les enfants est un facteur de risque très important dans l’apparition des symptômes de l’autisme. Certaines études vont jusqu’à proposer une supplémentation en vitamine D (23, 24, 25) éventuellement combinée au tryptophane (15) pour prévenir ou traiter les symptômes associés à l’autisme.

 

Références :

1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21170259

2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25033060/

3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20826075/

4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17321709/

5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19047565/

6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15310271/

7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22898564

8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19580555

9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2919950

10. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10072042

11. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12447040

12. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19949574

13. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2136085

14. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9951562

15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24558199

16.  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17165147

17. http://stm.sciencemag.org/content/5/193/193ra88.short

18. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20139991

19. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16002434

20. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12480364

21. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1420642

22. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9532350

23. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26880644

24. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25876214

25. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23725905

 

Lire aussi :

 

Vitamine D : L’exposition au soleil est elle nécessaire ?

Carence en vitamine D chez les juives et les musulmanes ultra-orthodoxes

Maladie de Crohn et vitamine D

La vitamine K2 prévient la calcification vasculaire et améliore le métabolisme osseux

Autisme : Rôle de la méthylation et du stress oxydatif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *