Voici pourquoi la masse graisseuse augmente après un régime et comment les protéines peuvent aider.


Une étude publiée dans Nature Metabolism et dirigée par le professeur ZHAI Qiwei de l’Institut de nutrition et de santé de Shanghai de l’Académie chinoise des sciences a révélé qu’une augmentation de Lactobacillus et de ses métabolites après un régime alimentaire favorisait l’absorption des lipides intestinaux et entraînait une accumulation rapide des graisses et l’obésité chez les souris. Elle a également montré que cet effet pouvait être prévenu par un régime riche en protéines ou par des antibiotiques spécifiques qui inhibent la croissance des Lactobacillus intestinaux. Un article commentant ces travaux a été publié dans News and Views of Nature Metabolism.

La restriction alimentaire (RD), souvent appelée régime, est largement utilisée pour réduire la masse graisseuse et perdre du poids en limitant l’apport alimentaire. Cependant, la reprise de poids après un régime reste un problème important.

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé 10 protocoles de régime pour étudier l’effet de la “réalimentation” post-régime sur la masse graisseuse des souris. Toutes les données ont démontré que la réalimentation après un régime entraîne une accumulation rapide de la masse grasse et l’obésité. Une analyse plus approfondie a révélé que l’augmentation de l’absorption intestinale des lipides, l’anabolisme lipidique accru dans le tissu adipeux blanc (WAT) et la diminution de l’oxydation des lipides totaux sont les principales causes de l’augmentation de la masse grasse après un régime.

Afin d’identifier les interventions diététiques potentielles pour prévenir l’augmentation de la masse grasse après un régime, les chercheurs ont nourri des souris avec un régime hyperprotéiné, un régime hypoprotéiné ou un régime protéiné normal complété par des acides aminés essentiels pendant la phase post-régime.

Les résultats ont montré que le régime hyperprotéiné empêchait l’accumulation rapide de masse grasse et l’obésité, et maintenait même partiellement la perte de graisse induite par le régime. Des expériences d’alimentation en binôme avec des régimes normoprotéinés ou riches en graisses à calories égales ont montré que la composition du régime alimentaire était plus importante que l’apport calorique pour bloquer l’augmentation de la masse grasse après un régime. D’autres tests ont également révélé qu’un régime hyperprotéiné après un régime réduisait les niveaux d’acides biliaires dans l’intestin et dans le sérum, atténuait l’absorption intestinale des lipides, diminuait l’anabolisme lipidique dans le WAT et augmentait l’oxydation totale des lipides.

Les chercheurs ont ensuite analysé la composition du microbiote intestinal et ont constaté que la réalimentation avec un régime protéiné normal après un régime augmentait considérablement l’abondance de Lactobacillus d’environ 50 %, et que cette augmentation était nettement supprimée lors de la réalimentation avec un régime hyperprotéiné.

La bactérie Lactobacillus a été isolée et identifiée comme étant Lam-1, qui est très sensible à la pénicilline. Les chercheurs ont découvert que le traitement des souris à la pénicilline inhibait de manière significative la croissance de la Lam-1, atténuait l’absorption intestinale des lipides, diminuait l’absorption des acides gras dans le WAT et réduisait l’accumulation de graisse corporelle après un régime.

Des tests sur des souris sans germes (GF), gnotobiotiques (GB) et exemptes de pathogènes spécifiques (SPF) ont montré, d’autre part, que la supplémentation en Lam-1 ou en ses métabolites augmentait significativement l’absorption intestinale des lipides, la captation des acides gras dans la WAT et entraînait une augmentation de la masse grasse et l’obésité.

Cette étude démontre que la réalimentation après une RD contribue au développement de l’obésité et fournit des modèles animaux importants pour la recherche sur l’obésité. Elle suggère également que l’utilisation d’un régime hyperprotéiné ou d’antibiotiques pour cibler les Lactobacillus et inhiber l’absorption intestinale des lipides est probablement une stratégie efficace pour prévenir l’obésité après un régime.

Source :https://www.nature.com/articles/s42255-022-00687-6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *