Vitamine C à mégadoses : historique et évolution

intravenous_vitamin_C

PDQ Integrative, Alternative, and Complementary Therapies Editorial Board

La première expérience de l’utilisation de la vitamine C à haute dose (intraveineuse et orale) pour le traitement du cancer était menée par un chirurgien écossais, Ewan Cameron, et son collègue, Allan Campbell, dans les années 1970 [1].

Ce travail a conduit à une collaboration entre Cameron et le chimiste Prix Nobel Linus Pauling, visant à promouvoir davantage le potentiel de la thérapie par la vitamine C dans la gestion du cancer [2,3]. En conséquence, deux essais cliniques sur la vitamine C par voie orale ont été menés à la fin des années 1970 et au début des années 1980 [4,5].

Les études pharmacocinétiques ont révélés plus tard des différences substantielles dans le maximum atteint des concentrations sanguines de vitamine C en fonction de la voie d’administration. Lorsque la vitamine C est prise par voie orale, les concentrations plasmatiques de vitamine C sont étroitement contrôlées, avec une concentration réalisable à une crête inférieure à 300 µM. Cependant, ce contrôle étroit est contourné par l’administration intraveineuse de la vitamine C, résultant en des niveaux très élevés de concentration plasmatique de vitamine C (par exemple, des concentrations allant jusqu’à 20 mM) [6,7]. D’autres études suggèrent que des concentrations pharmacologiques de l’ascorbate, tels que ceux obtenus avec une administration en IV, peuvent entraîner la mort de nombreuses lignées de cellules cancéreuses [8].

Les praticiens de santé participant à des conférences de médecine complémentaire et alternative en 2006 et en 2008 ont été interrogés sur l’utilisation de haute dose en IV de vitamine C chez les patients. Sur les 199 répondants totaux, 172 avaient administré la vitamine C pour leurs patients. En général, la vitamine C en IV a été couramment utilisée pour traiter les infections, le cancer et la fatigue [9].

Références :

1. Cameron E, Campbell A: The orthomolecular treatment of cancer. II. Clinical trial of high-dose ascorbic acid supplements in advanced human cancer. Chem Biol Interact 9 (4): 285-315, 1974. [PubMed]

2. Cameron E, Pauling L: Supplemental ascorbate in the supportive treatment of cancer: Prolongation of survival times in terminal human cancer. Proc Natl Acad Sci U S A 73 (10): 3685-9, 1976. [PMC free article] [PubMed]

3. Cameron E, Pauling L: Supplemental ascorbate in the supportive treatment of cancer: reevaluation of prolongation of survival times in terminal human cancer. Proc Natl Acad Sci U S A 75 (9): 4538-42, 1978. [PMC free article] [PubMed]

4. Creagan ET, Moertel CG, O’Fallon JR, et al.: Failure of high-dose vitamin C (ascorbic acid) therapy to benefit patients with advanced cancer. A controlled trial. N Engl J Med 301 (13): 687-90, 1979. [PubMed]

5. Moertel CG, Fleming TR, Creagan ET, et al.: High-dose vitamin C versus placebo in the treatment of patients with advanced cancer who have had no prior chemotherapy. A randomized double-blind comparison. N Engl J Med 312 (3): 137-41, 1985. [PubMed]

6. Padayatty SJ, Sun H, Wang Y, et al.: Vitamin C pharmacokinetics: implications for oral and intravenous use. Ann Intern Med 140 (7): 533-7, 2004. [PubMed]

7. Hoffer LJ, Levine M, Assouline S, et al.: Phase I clinical trial of i.v. ascorbic acid in advanced malignancy. Ann Oncol 19 (11): 1969-74, 2008. [PubMed]

8. Verrax J, Calderon PB: Pharmacologic concentrations of ascorbate are achieved by parenteral administration and exhibit antitumoral effects. Free Radic Biol Med 47 (1): 32-40, 2009. [PubMed]

9. Padayatty SJ, Sun AY, Chen Q, et al.: Vitamin C: intravenous use by complementary and alternative medicine practitioners and adverse effects. PLoS One 5 (7): e11414, 2010. [PMC free article] [PubMed]

 

Lire aussi :

 

Catastrophe nucléaire : Mesures à prendre, vitamine C à mégadose

La vitamine C Par Robert G Smith de l’ISOM

Les 9 Formes de vitamine C existantes dans le marché

Protocole Riordan de traitement du cancer par des mégadoses de vitamine C

La vitamine C contre la pneumonie?

VITAMINE C: PREUVES, CHIFFRE ET CALCULS À L’APPUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *