Variabilité du temps : Pourquoi a-t-on l’impression que le temps passe vite

dyn006_original_400_400_pjpeg_2676600_5104dd2bda58cc5346cea9a60d671452

N’avez vous pas l’impression que le temps passe de plus en plus vite ?

Bon, je sais c’est hors sujet.. Mais suivez moi, vous allez peut être y voir plus clair dans cette histoire du temps qui passe vite.

Pourquoi as t on l’impression que le temps passe vite alors que ses unités de mesure (seconde, minute, heure) sont toujours les mêmes ?

À tous ceux qui vont y voir quelque chose de quantitque, je vous arrête tout de suite, le quantique ne s’applique que sur les nanoparticules, on parle ici du temps à notre échelle. De même que ceux qui évoqueront la relativité restreinte et l’effet de la vitesse sur le temps, vous êtes également à côté de la plaque, car de tels effets sont tellement négligeables sur une échelle comme la nôtre, qu’on pourrait les considérer comme nuls (on est très très très loin de la vitesse de la lumière).

Alors c’est quoi le secret ?

Pour comprendre il faudra revenir à l’interprétation psychologique du temps. Je m’explique, en psychologie le temps n’existe que par rapport à des:

1- Repères intérieurs tel que des changements de constantes métaboliques qu’on ressent comme étant en perpetuelle évolution, ce qui nous donne la sensation d’être en vie (variabilité physiologique), ou également le mouvement incessant de la pensée qu’on ressent également comme changement constant (variabilité psychologique)

2- Repères extérieurs tel que la position, la vitesse, l’accéleration, le poids, la forme..etc. des objets qui nous entourent (variabilité universelle)

Ces deux types de repères nous donnent conscience du temps. D’un point de vue sémantique, le mot “temps” n’est ni plus ni moins qu’une étiquette qui désigne cette perception de la variabilité.

D’un point de vue cognitif, le temps est remplacé par un autre concept, la durée. Le temps n’a pas de limites, il ne peut donc pas être intégré dans le champ de la pensée sans lui assigné des limites (un début et une fin), ce qui donne lieu au concept de la durée.
Donc globalement, on ne raisonne qu’à travers la durée et il nous est impossible d’aborder la notion du temps sans la transformer en durée.

A partir de là voici la réponse à la toute première question:

Plus on s’approche de la fin, plus le temps s’accélère. Moins on y est proche, plus le temps ralentit, jusqu’à n’avoir aucune signification (donc inexistant) au tout début de la durée. La vitesse du temps devient infinie à la fin de la durée.

Vous êtes toujours là ? Je ne vous ai pas perdu en cours de route ?

Un exemple afin illustrer tout ça:

Imaginez que vous êtes dans un avion et que vous allez réaliser un saut dans le vide sans parachute 😁,, oui oui, vous avez bien entendu, sans parachute! c’est vital pour la compréhension du phénomène.

On va diviser cette expérience en plusieurs étapes:

1- Juste avant de sauter, vous aurez l’impression que le monde s’est arrêté autours de vous (le temps n’a pas de signification, il n’existe plus)

2- Au moment où vous êtes entrain de sauter, le countdown est déclenché

3- Dans les premières dizaines de secondes, vous avez l’impression de voler tellement que le temps passe au ralentit et ce, malgré que vous êtes entrain de descendre à vitesse vertigineuse (perception faussée de la variabilité, à cause du changement d’environnement). Si vous n’êtiez pas terrorisé par le fait que vous alliez vous fracasser la gueule dans quelques minutes, vous auriez même pu en profiter du moment pour faire semblant de voler et à profiter du paysage sublime (des couleurs unis, des formes…etc.)

4- Au fur et à mesure que vous vous approcherez de la terre, le temps s’accélèrera de plus en plus, encore et encore.. Jusqu’à ce que vous arriverez à distinguer les objets sur le sol. Oui, plus de mosaique vert et marron.. maintenant vous percevez les arbres et le sol, le temps s’accélère alors de façon exponentielle. Le temps va tellement vite que vous n’avez même plus le temps de réaliser que c’est la fin.

5- Vous êtes à 2m du sol sur lequel vous allez connaitre la fin de cette aventure, qui sera également votre fin. A la fin de ces 2m la perception de la vitesse à laquelle le temps passe va tendre vers l’infini et la perception du temps s’estempera comme au tout début mais cette fois définitivement.

Alors, bien sûr, c’est un exemple théorique. Vous arriverez au sol déjà mort (pic d’adrénaline), mais ça explique bien le concept.

Un dernier exemple très rapide mais cette fois concret:

À votre naissance, la perception du temps n’existe pas.
Étant bébé, le temps passe très très au ralentit, vous aurez une vague sensation de son existence.

Enfant, vous aurez une perception assez nette du temps mais vous vous en foutez. Pour vous le temps n’a pas d’importance (car dans la norme la fin est encore très très loin)

À 20 ans le temps s’accélère un peu plus par rapport à l’enfance mais vous avez l’impression que vous serez éternellement jeune et que la fin est encore (théoriquement) très loin
Concrètement, ce n’est qu’au tours de la trentaine (fin de la vingtaine) que vous aurez une perception nette de l’accelération du temps, vous commencerez alors à vous plaindre du fait que le temps passe vite.

Le temps continu alors à s’accélérer et au cours de la vieillesse il s’accélèrera de façon exponentielle jusqu’à tendre à l’infini qui sera aussi la fin de la durée.. votre durée de vie..

A suivre..

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *