Une bonne nuit de sommeil peut atténuer les risques d’obésité chez le nourrisson


Les scientifiques suggèrent depuis longtemps que dormir suffisamment la nuit est vital pour rester en bonne santé. Toutefois, peu d’études soulignent la nécessité de dormir suffisamment pendant les premiers mois de la vie. De nouvelles recherches menées par des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital, du Massachusetts General Hospital et d’autres collaborateurs suggèrent que les nouveau-nés qui dorment plus longtemps et se réveillent moins souvent pendant la nuit sont moins susceptibles de souffrir de surpoids pendant leur enfance. Leurs résultats sont publiés dans la revue Sleep.

“Si l’association entre un sommeil insuffisant et la prise de poids est bien établie chez les adultes et les enfants plus âgés, ce lien n’avait pas été reconnu auparavant chez les nourrissons”, a déclaré la co-auteure de l’étude, Susan Redline, MD, MPH, médecin principal de la division du sommeil et des troubles circadiens au Brigham. “Dans cette étude, nous avons constaté que non seulement un sommeil nocturne plus court, mais aussi un plus grand nombre d’éveils du sommeil, étaient associés à une probabilité plus élevée de surpoids chez les nourrissons au cours des six premiers mois de leur vie.”

Pour mener cette recherche, Redline et ses collègues ont observé 298 nouveau-nés nés au Massachusetts General Hospital entre 2016 et 2018. Ils ont ensuite suivi leurs habitudes de sommeil à l’aide de montres actigraphiques à la cheville — des dispositifs qui mesurent les schémas d’activité et de repos sur plusieurs jours. Les chercheurs ont extrait les données de trois nuits aux stades d’un et de six mois, tandis que les parents ont tenu des journaux de sommeil, enregistrant les épisodes de sommeil et d’éveil de leurs enfants.

Pour recueillir les mesures de croissance, les scientifiques ont mesuré la taille et le poids des nourrissons et déterminé leur indice de masse corporelle. Les nourrissons étaient considérés comme en surpoids s’ils se situaient dans le 95e percentile ou au-dessus de celui-ci sur les courbes de croissance de l’Organisation mondiale de la santé.

Les chercheurs ont notamment constaté qu’une seule heure de sommeil supplémentaire correspondait à une diminution de 26 % du risque de surpoids chez les nourrissons. En outre, les nourrissons qui se réveillaient moins souvent au cours de la nuit étaient moins exposés au risque de prise de poids excessive. Bien que l’on ne sache pas exactement pourquoi cette corrélation existe, les scientifiques supposent que le fait de dormir davantage favorise les pratiques alimentaires routinières et l’autorégulation, des facteurs qui atténuent la suralimentation.

Les chercheurs notent que les Afro-Américains et les familles de statut socio-économique inférieur étaient sous-représentés dans leur ensemble de données. De plus, des variables confusionnelles, telles que la durée de l’allaitement, auraient pu avoir un impact sur la croissance du nourrisson. À l’avenir, les chercheurs souhaitent étendre cette étude afin d’évaluer l’impact des habitudes de sommeil sur la croissance au cours des deux premières années de vie et d’identifier les facteurs clés qui influencent la corrélation entre le sommeil et la prise de poids. Ils souhaitent également évaluer les interventions visant à promouvoir des habitudes de sommeil saines.

“Cette étude souligne l’importance d’un sommeil sain à tout âge”, a déclaré Redline. “Les parents devraient consulter leur pédiatre sur les meilleures pratiques pour promouvoir un sommeil sain, comme le respect d’horaires de sommeil cohérents, la mise à disposition d’un espace sombre et calme pour dormir et l’évitement des biberons au lit.”

Source :
BWH Research Brief – Brigham And Women’s Hospital (brighamandwomens.org)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *