Une alimentation riche en produits laitiers associée à une réduction des risques de diabète et d’hypertension artérielle


Manger au moins deux portions quotidiennes de produits laitiers est lié à des risques plus faibles de diabète et d’hypertension artérielle, ainsi qu’aux facteurs qui augmentent le risque de maladie cardiovasculaire (syndrome métabolique), selon une étude internationale publiée en ligne dans BMJ Open Diabetes Research & Care.

Les participants étaient tous âgés de 35 à 70 ans et venaient de 21 pays: Argentine; Bangladesh; Brésil; Canada; Chili; Chine; Colombie; Inde; L’Iran; Malaisie; Palestine; Pakistan; Philippines, Pologne; Afrique du Sud; Arabie Saoudite; Suède; Tanzanie; Dinde; Emirats Arabes Unis; et Zimbabwe.
L’apport alimentaire habituel au cours des 12 mois précédents a été évalué au moyen de questionnaires sur la fréquence des aliments. Les produits laitiers comprenaient le lait, le yogourt, les boissons au yogourt, le fromage et les plats préparés avec des produits laitiers, et étaient classés comme pleins ou faibles en gras (1-2%).
Le beurre et la crème ont été évalués séparément car ils ne sont pas couramment consommés dans certains des pays étudiés.
Des informations sur les antécédents médicaux personnels, l’utilisation de médicaments sur ordonnance, le niveau d’instruction, le tabagisme et les mesures du poids, de la taille, du tour de taille, de la pression artérielle et de la glycémie à jeun ont également été collectées.
Des données sur les cinq composantes du syndrome métabolique étaient disponibles pour près de 113 000 personnes: pression artérielle supérieure à 130/85 mm Hg; tour de taille supérieur à 80 cm; de faibles niveaux de cholestérol (bénéfique) à haute densité (moins de 1-1,3 mmol / l); graisses sanguines (triglycérides) de plus de 1,7 mmol / dl; et glycémie à jeun de 5,5 mmol / l ou plus.
La consommation quotidienne moyenne totale de produits laitiers était de 179 g, la pleine teneur en matières grasses représentant environ le double de la faible teneur en matières grasses: 124,5+ vs 65 g.
Quelque 46 667 personnes avaient un syndrome métabolique – défini comme ayant au moins 3 des 5 composants.
Les produits laitiers totaux et les produits laitiers riches en matières grasses, mais pas les produits laitiers faibles en matières grasses, étaient associés à une prévalence plus faible de la plupart des composants du syndrome métabolique, la taille de l’association étant la plus élevée dans les pays où les apports laitiers étaient normalement faibles.
Au moins 2 portions par jour de produits laitiers totaux étaient associées à un risque de syndrome métabolique inférieur de 24%, atteignant 28% pour les produits laitiers à teneur entière en matières grasses, par rapport à aucun apport laitier quotidien.
La santé de près de 190 000 participants a été suivie pendant une moyenne de neuf ans, période pendant laquelle 13 640 personnes ont développé une pression artérielle élevée et 5351 ont développé un diabète.
Au moins 2 portions par jour de produits laitiers totaux étaient associées à un risque inférieur de 11 à 12% des deux affections, passant à un risque inférieur de 13 à 14% pour 3 portions quotidiennes. Les associations étaient plus fortes pour les produits laitiers gras que pour les produits laitiers faibles en gras.
Il s’agit d’une étude observationnelle, et en tant que telle ne peut pas établir de cause. Les questionnaires sur la fréquence des aliments peuvent également être rappelés, et les changements dans le syndrome métabolique n’ont pas été mesurés au fil du temps, ce qui peut tous avoir influencé les résultats.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *