Une alimentation à base de plantes combinée à un microbiome sain peut protéger contre la sclérose en plaques


Une nouvelle étude de l’Université de l’Iowa suggère que le métabolisme des substances alimentaires d’origine végétale par des bactéries intestinales spécifiques, qui font défaut chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP), pourrait offrir une protection contre cette maladie.

L’étude dirigée par Ashutosh Mangalam, PhD, professeur associé de pathologie à l’UI, montre qu’un régime riche en isoflavone, un phytoestrogène ou composé végétal qui ressemble à l’œstrogène, protège contre les symptômes de la sclérose en plaques dans un modèle de souris de la maladie. Il est important de noter que le régime à base d’isoflavones n’était protecteur que lorsque les souris avaient des microbes intestinaux capables de décomposer les isoflavones. Ces résultats ont été publiés le 9 juillet dans Science Advances.
“Il est intéressant de noter que des études antérieures sur l’homme ont démontré que les patients atteints de sclérose en plaques sont dépourvus de ces bactéries par rapport aux personnes non atteintes de cette maladie”, explique Mangalam. “Notre nouvelle étude fournit des preuves que la combinaison d’isoflavones alimentaires et de ces bactéries intestinales métabolisant les isoflavones peut servir de traitement potentiel de la SEP.”
Les isoflavones se trouvent dans le soja, les arachides, les pois chiches et d’autres légumineuses. L’étude a également révélé que les souris nourries avec le régime à base d’isoflavones ont un microbiome similaire à celui des personnes en bonne santé, qui comprend les bactéries capables de métaboliser les isoflavones. À l’inverse, un régime sans isoflavones favorise chez les souris un microbiome similaire à celui observé chez les patients atteints de sclérose en plaques et dépourvu de bactéries bénéfiques pouvant métaboliser les isoflavones.
La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du cerveau et de la moelle épinière dans laquelle le système immunitaire attaque le revêtement protecteur entourant les fibres nerveuses. Les symptômes de cette maladie comprennent une faiblesse musculaire, des problèmes d’équilibre et des troubles de la vision et de la pensée. Bien qu’il existe des traitements qui ralentissent la maladie, il n’y a actuellement aucun remède à la SEP.
Bien que la cause exacte de la SEP soit inconnue, on pense qu’une interaction complexe entre des facteurs génétiques et environnementaux est à l’origine de la maladie. Récemment, le microbiome intestinal – les billions de bactéries intestinales qui vivent dans les intestins humains – est apparu comme un facteur environnemental potentiel contribuant à la SEP. Dans des travaux antérieurs, Mangalam et ses collègues ont démontré qu’il existe des différences significatives entre les microbes intestinaux des patients atteints de SEP et ceux des personnes non atteintes de SEP. Plus précisément, les patients atteints de SEP manquaient de bactéries capables de métaboliser les isoflavones. Bien que le rôle du microbiome intestinal dans les maladies humaines telles que la SEP soit de plus en plus apprécié, le mécanisme par lequel ces bactéries intestinales pourraient influencer la maladie est mal compris.
Dans l’étude actuelle, l’équipe de Mangalam, dont le premier auteur est Samantha Jensen, étudiante diplômée en immunologie à l’UI, a découvert que les bactéries qui manquent chez les patients atteints de SEP sont capables de supprimer l’inflammation dans un modèle de souris de SEP. L’équipe a comparé les effets d’un régime à base d’isoflavones et d’un régime sans isoflavones sur la maladie dans le modèle de souris de la SEP. Elle a constaté que le régime à base d’isoflavones protégeait la maladie. Cependant, lorsque l’équipe a soumis les souris au régime à base d’isoflavones mais a supprimé les bactéries intestinales métabolisant les isoflavones, le régime à base d’isoflavones n’a plus été en mesure de protéger contre les symptômes de la SEP. Lorsque les bactéries ont été réintroduites, l’effet protecteur du régime à base d’isoflavones a été rétabli. En outre, l’équipe a pu montrer qu’un métabolite spécifique de l’isoflavone appelé équol, produit par les bactéries intestinales à partir de l’isoflavone, est également capable de fournir une protection contre la maladie.
“Cette étude suggère qu’un régime à base d’isoflavones peut être protecteur tant que les bactéries intestinales métabolisant les isoflavones sont présentes dans les intestins”, a déclaré Mangalam, qui est également membre de l’institut des neurosciences de l’Iowa et du Holden Comprehensive Cancer Center.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *