Un probiotique pourrait-il prévenir ou inverser la maladie de Parkinson?


Une nouvelle étude utilisant un modèle de ver rond de la maladie de Parkinson a révélé qu’une bactérie probiotique pouvait prévenir, et dans certains cas inverser, l’accumulation de protéines toxiques.

Un probiotique pourrait-il être la clé du traitement de la maladie de Parkinson?
Les protéines alpha-synucléine mal repliées dans le cerveau sont le signe distinctif de la maladie de Parkinson.
De nombreux experts pensent que ces amas de protéines toxiques conduisent à la perte progressive des cellules cérébrales qui contrôlent le mouvement.
Mais la science n’est pas claire, et les mécanismes sous-jacents qui causent la maladie de Parkinson restent insaisissables.
Sans un moyen efficace de prévenir ou de guérir la maladie de Parkinson, le traitement se concentre principalement sur le soulagement des symptômes.
Une ligne de recherche récente a étudié un lien possible avec le microbiome intestinal, les milliers de milliards d’espèces microbiennes qui peuplent nos intestins.
La modification du microbiome intestinal d’une personne pourrait-elle être un moyen de modifier son risque de développer la maladie de Parkinson ou même servir de traitement efficace?
Un groupe de scientifiques des universités d’Edimbourg et de Dundee, tous deux au Royaume-Uni, a entrepris d’enquêter.
Maria Doitsidou, membre du Centre for Discovery Brain Sciences de l’Université d’Édimbourg, est l’auteur principal de l’étude, et les recherches de l’équipe figurent dans la revue Cell Reports.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *