Un lien entre la concentrations plasmatiques des glutathions et la schizophrénie


L’altération du système glutathion (GSH) a été proposée de participer dans le système de la physiopathologie de la schizophrénie. Les objectifs de cette étude étaient de déterminer les concentrations plasmatiques des glutathions chez un groupe de patients porteurs de schizophrénie comparés à un groupe de témoins sains et d’examiner leurs corrélations avec les caractéristiques cliniques et thérapeutiques.

Il s’agit d’une étude cas-témoins, portant sur un groupe de 100 patients atteints de schizophrénie (n = 100) et un groupe de témoins sains (n = 95). La plupart des patients (55 %) étaient sous antipsychotiques de première génération. Pour les patients, les chercheurs ont procédé à une évaluation psychométrique qui a consisté en la passation des échelles suivantes : évaluation globale du fonctionnement (EGF) et impressions cliniques globales (CGI). Pour l’ensemble des participants, ils ont procédé au dosage par spectrophotométrie des glutathions (GSH total, GSH réduit, et oxydé GSSG).

Les concentrations du GSHt et du GSHr étaient significativement plus faibles chez les patients atteints de schizophrénie comparés aux sujets témoins. Aucune corrélation n’a été observée entre le taux du GSH et les sous-types cliniques de la schizophrénie et les scores à l’EGF. La réponse au traitement à la CGI-amélioration était moins bonne chez les patients ayant un déficit en GSH. Selon le statut thérapeutique, il n’y avait pas de différences significatives concernant le taux du GSH. En outre, il n’y avait pas de corrélation entre le taux du GSH et la posologie journalière du traitement d’antipsychotique.

Conclusion

Ces résultats suggèrent que le déficit en GSH ne soit pas lié au traitement et semble être impliqué dans l’étiologie de la schizophrénie. Ces résultats soutiennent de nouvelles études sur le rôle possible des antioxydants en tant que stratégies thérapeutiques préventives.

Source :
Concentrations plasmatiques des glutathions et leurs corrélations avec les caractéristiques cliniques et thérapeutiques des patients atteints de schizophrénie – ScienceDirect

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *