Test des interactions pharmacocinétiques de 24 métabolites colique des flavonoïdes avec l’albumine sérique humaine et les enzymes du cytochrome P450.


Les flavonoïdes sont des polyphénols abondants dans la nature.

Ils sont largement biotransformés dans les entérocytes et les hépatocytes, où se forment les métabolites conjugués (méthyle, sulfate et glucuronide). Cependant, la microflore bactérienne dans les intestins humains métabolise également les flavonoïdes, entraînant la production de fragments phénoliques plus petits (par exemple, les acides hydroxybenzoïque, hydroxyacétique et hydroxycinnamique et les hydroxybenzènes).

Malgré le fait que plusieurs métabolites coliques apparaissent dans la circulation à des concentrations élevées, nous n’avons que peu d’informations concernant leurs effets pharmacodynamiques et leurs interactions pharmacocinétiques. Par conséquent, dans cette étude in vitro, les chercheurs ont étudié les interactions de 24 métabolites microbiens des flavonoïdes avec l’albumine sérique humaine et les enzymes du cytochrome P450 (CYP2C9, 2C19 et 3A4). Les résultats ont démontré que certains métabolites (par exemple, la 2,4-dihydroxyacétophénone, le pyrogallol, l’O-déméthylangolensine et l’acide 2-hydroxy-4-méthoxybenzoïque) forment des complexes stables avec l’albumine. Cependant, les composés testés n’ont pas considérablement déplacé les marqueurs des sites I et II de l’albumine. Toutes les isoformes du CYP examinées ont été significativement inhibées par la O-déméthylangolensine; néanmoins, seul son effet sur le CYP2C9 semble pertinent. De plus, le résorcinol et le phloroglucinol ont montré de forts effets inhibiteurs sur le CYP3A4.

Les résultats démontrent que, outre les aglycones flavonoïdes et leurs dérivés conjugués, certains métabolites coliques sont également capables d’interagir avec des protéines impliquées dans la pharmacocinétique des médicaments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *