Le sélémium dans le traitement de l’Alzheimer : review

timthumb

L’une des méta-analyses les plus intéressantes sur les stratégies de traitement de l’Alzheimer avec focus sur l’intérêt du sélénium. Cette revue de la littérature date de Août 2016. 

Résumé :

“La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative constituant l’un des plus grands défis de la santé dans les pays développés. Aucun traitement efficace n’existe. Ces dernières années, l’objectif principal de la recherche sur l’Alzheimer a été focalisé sur l’hypothèse amyloïde, qui postule que les précipités extracellulaires de bêta-amyloïde (Aß) dérivée de la protéine précurseur de l’amyloïde (APP) sont responsables de la déficience cognitive vu dans maladie d’Alzheimer. Les stratégies de traitement ont consisté à réduire la production de Aß par l’inhibition des enzymes responsables de sa formation, ou de promouvoir la résolution des plaques Aß cérébrales existantes. Cependant, ces approches ont toutes échoué à démontrer des améliorations cognitives importantes. Des événements intracellulaires plutôt que extracellulaires peut être fondamentaux dans la pathogenèse. Le séléniate est un inhibiteur puissant de l’hyperphosphorylation de tau, une étape critique dans la formation d’enchevêtrements neurofibrillaires. Une partie du sélénium (Se), par exemple des composés de sélénoprotéine P semblent également protéger les APP contre des excès de cuivre et des dépôts de fer. Les sélénoprotéines présentent des propriétés anti-inflammatoires et protègent les microtubules dans le cytosquelette des neurones. Le fonctionnement optimal de ces sélénoenzymes nécessite un apport élevé en Se que ce qui est commun en Europe et la consommation également plus élevée que celle recommandée traditionnellement. Le traitement complémentaire avec la N-acétylcystéine augmente les niveaux du cofacteur antioxydant, le glutathion, et peut servir de médiateur de protection adjuvante. La présente méta-analyse examine le rôle du sélénium dans le traitement de la maladie d’Alzheimer et suggère des stratégies pour la prévention de cette maladie en optimisant l’apport en sélénium, conformément à l’hypothèse de dysrégulation du métal. Cela inclut notamment la prévention secondaire par la supplémentation en sélénium pour les personnes âgées ayant une déficience cognitive légère.”

 

Voici le lien vers cette méta-analyse qui est gratuite sur ResearchGate :

https://www.researchgate.net/publication/306242628_Treatment_strategies_in_Alzheimer’s_disease_a_review_with_focus_on_selenium_supplementation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *