Potentiel antioxydant, antimicrobien et protecteur des dommages à l’ADN des épices au goût piquant


Les épices à saveur piquante présentent d’énormes avantages pour la santé, de la cuisine aux laboratoires pharmaceutiques. La présente étude porte sur le dépistage phytochimique et pharmacologique de six épices au goût piquant, à savoir Zingiber officinale (gingembre), Capsicum annuum (piment), Piper chaba (poivre long de Java), Piper nigrum (poivre noir), Syzygium aromaticum (clou de girofle), Trachyspermum ammi (carome).

Parmi les six épices, le clou de girofle et le gingembre ont présenté une forte activité antioxydante en raison de leur contenu phytochimique plus élevé. Une activité antifongique significative (IZD ≥ 11 mm) a été révélée par les six épices, à l’exception de la fraction hexane du carom, tandis qu’une forte activité antibactérienne avec la CMI la plus faible a été affichée par le clou de girofle, le gingembre et le piment. L’ADN a été protégé avec succès des dommages oxydatifs par le clou de girofle, le gingembre, suivi par le piment, le poivre long de Java et le carom, mais le poivre noir n’a pu protéger que partiellement les dommages à l’ADN, même à une concentration de 4 mg/ml. Sur la base des potentiels de protection de l’ADN et des activités antioxydantes, le clou de girofle, le gingembre, le poivre long de Java et le carom peuvent être utilisés pour le développement de neutraceutiques.

Les activités antimicrobiennes suggèrent que le girofle, le gingembre, le poivre long de Java et le piment peuvent être utiles comme conservateurs alimentaires. La bioactivité fractionnée des six épices au goût piquant aiderait à l’extraction ciblée et au développement de nutraceutiques à partir de ces épices médicinales couramment utilisées

Source:https://link.springer.com/article/10.1007/s13197-021-05122-4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *