Polyphénols, santé bucco-dentaire et maladies : une revue


Les polyphénols (PP) sont des métabolites réactifs abondants dans les aliments d’origine végétale, notamment les fruits, les graines et les feuilles.

C’est dans les tissus du tube digestif, et notamment dans la muqueuse buccale, que les PP actifs atteignent leur concentration la plus élevée. Bien qu’un apport trop élevé et monotone puisse être toxique (un tel effet est contré par les protéines salivaires riches en proline), les PP exercent une activité préventive contre les maladies infectieuses et dégénératives et peuvent également contribuer à prévenir les maladies buccales, par le biais de mécanismes tels que l’activité antioxydante et la neutralisation/modulation des protéines/enzymes humaines/bactériennes/virales. Cette revue vise à étudier l’activité préventive des PP contre les maladies buccales.
Les études publiées au cours des 15 dernières années ont été recherchées sur MEDLINE, PUBMED, EMBASE. La qualité des preuves a été évaluée en utilisant l’échelle à trois points utilisée par le US Preventive Services Task Force pour évaluer les mérites des mesures préventives.
Des études épidémiologiques, animales et in vitro cohérentes et bien conçues soutiennent directement et indirectement l’effet préventif des PP contre le cancer de la bouche avec de bonnes preuves. Des études cohérentes montrant que les PP inactivent les pathogènes parodontaux et augmentent la capacité antioxydante des fluides oraux, suggèrent un effet préventif contre les maladies parodontales avec des preuves moyennes. Des études animales et in vitro montrant que les PP diminuent la virulence des streptocoques mutans et l’accumulation de la plaque dentaire, suggèrent un effet préventif contre les caries dentaires avec des preuves moyennes. Une méta-analyse d’essais cliniques sur des sujets n’ayant pas d’hygiène bucco-dentaire montre que les bains de bouche contenant des PP réduisent le taux de streptocoques mutans de près de 50 % et le score de l’indice de plaque dentaire.
La consommation régulière et fréquente de PP peut contribuer à protéger contre le cancer de la bouche, mais des études humaines sont nécessaires pour confirmer l’activité préventive prometteuse contre les maladies parodontales et les caries.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *