Phytochimie, activité antifongique et antioxydante et cytotoxicité de byrsonima gardneriana


L’extrait de B. gardneriana a montré une activité antifongique contre Candida spp.

– L’extrait a montré une faible activité hémolytique dans les érythrocytes humains de tous les types de sang.
– L’extrait de B. gardneriana n’a montré aucune activité oxydante.
Déterminer la composition phytochimique de l’extrait de feuilles de Byrsonima gardneriana (A. Juss) (BGE) et son activité antifongique contre Candida spp, son potentiel antioxydant et sa cytotoxicité in vitro.
Le BGE a été obtenu et soumis à la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse pour l’analyse phytochimique. L’extrait éthanolique a été testé pour son activité antifongique contre les souches de référence et les isolats cliniques de C. albicans et non-albicans, en plus de l’inhibition de la cinétique de croissance de C. albicans. Il a également été testé pour son potentiel antioxydant en présence de phénylhydrazine et d’espèces réactives de l’oxygène (ROS). Et la cytoxicité dans les érythrocytes humains. Les données ont été analysées par une analyse de variance à sens unique (ANOVA) suivie du test post-hoc de Tukey ou de Dunnett, avec α = 0,05.
L’acide pyroglutamique (90,77 %), l’eucalyptol (89,61 %) et l’acide octanoïque (76,22 %) étaient les principaux composés détectés dans le BGE, P (%) est le pourcentage de probabilité d’identification des composés, selon la bibliothèque de spectres de masse. L’extrait a montré une activité fongistatique, avec une CMI de 125 μg/mL contre la plupart des souches testées. Bien que le BGE ait montré une faible activité hémolytique sur tous les types de sang testés ici, il n’a pas pu empêcher le stress osmotique dans les érythrocytes humains. L’extrait n’a pas eu d’effets oxydants en présence de phénylhydrazine, mais il a montré un potentiel antioxydant contre les ROS lorsqu’il a été testé à 31 μg/mL et 62 μg/mL.
L’extrait de B. gardneriana a montré une activité antifongique contre Candida spp, a démontré un faible potentiel hémolytique, aucune activité oxydante dans les érythrocytes humains et une activité antioxydante contre les ROS. Cette étude ouvre des perspectives pour l’étude du BGE comme un agent antifongique biocompatible prometteur.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *