Meilleur moment pour consommer des protéines pour la santé des muscles


Les protéines constituent un composant alimentaire essentiel qui contribue à la croissance et à la réparation de l’organisme.

Composées de longues chaînes d’acides aminés, les protéines favorisent la croissance des muscles squelettiques, le groupe de muscles qui nous aide à bouger. L’homme connaît depuis longtemps les bienfaits des protéines. Cependant, des études récentes ont montré que consommer la bonne quantité de protéines au bon moment de la journée est essentiel pour une bonne croissance. C’est ce qu’on appelle la “chrononutrition”, où le moment où l’on mange est aussi important que ce que l’on mange et la façon dont on mange.
Cela s’explique par l’horloge biologique interne du corps, appelée “rythme circadien”. Ce rythme est suivi par toutes les cellules et contrôle les fonctions vitales comme le métabolisme et la croissance. Il est intéressant de noter que la digestion et l’absorption des protéines fluctuent entre le jour et la nuit en fonction de cette horloge. De plus, des études antérieures ont rapporté que la consommation de protéines au petit-déjeuner et au déjeuner favorise la croissance des muscles squelettiques chez les adultes. Cependant, les détails concernant l’effet de l’heure de la prise de protéines sur la croissance et la fonction musculaires sont restés insaisissables jusqu’à présent.
Heureusement, des chercheurs de l’université de Waseda, dirigés par le professeur Shigenobu Shibata, se sont récemment efforcés de comprendre l’effet sur les muscles de la répartition de l’apport en protéines au cours de la journée. Ils ont nourri des souris de laboratoire avec deux repas par jour contenant des concentrations élevées (11,5 % en proportion) ou faibles (8,5 % en proportion) de protéines. Les chercheurs ont noté que l’apport de protéines au petit-déjeuner a induit une augmentation de la croissance musculaire, déterminée par l’évaluation de l’hypertrophie induite du muscle plantaire de la patte, par rapport aux effets de l’apport de protéines au dîner. Plus précisément, le rapport entre l’hypertrophie musculaire déterminée et la croissance du muscle témoin était 17 % plus élevé chez les souris ayant reçu 8,5 % de protéines au petit-déjeuner que chez les souris ayant reçu 11,5 % de protéines au dîner, bien que le premier groupe ait consommé une faible proportion de protéines dans l’ensemble. Ils ont également constaté que l’apport d’un type de protéine appelé BCCA, abréviation d’acides aminés à chaîne ramifiée, en début de journée augmentait spécifiquement la taille des muscles squelettiques.
Pour confirmer l’association de ces effets avec le fonctionnement du rythme circadien, les chercheurs ont ensuite créé des souris Clock?19 mutantes sur l’ensemble du corps ou des souris Bmal1 knock-out spécifiques aux muscles, dépourvues des gènes qui contrôlent l’horloge biologique. Ils ont répété les expériences de distribution de régime sur ces souris mais n’ont pas observé de changement musculaire similaire, ce qui a confirmé l’implication du rythme circadien dans la croissance musculaire dans le contexte de l’apport en protéines.
Excité par les résultats de leur étude publiés dans un récent numéro de Cell Reports, le professeur Shibata souligne : “Une alimentation riche en protéines à un stade précoce de la période d’activité quotidienne, c’est-à-dire au petit-déjeuner, est importante pour maintenir la santé des muscles squelettiques et améliorer le volume musculaire et la force de préhension.”
Pour vérifier si leurs résultats étaient applicables aux humains, l’équipe a recruté des femmes dans leur étude et a testé si leur fonction musculaire, déterminée par la mesure de l’indice de muscle squelettique (SMI) et de la force de préhension, variait en fonction du moment où le régime riche en protéines était consommé. Soixante femmes âgées de 65 ans et plus qui ont pris des protéines au petit-déjeuner plutôt qu’au dîner ont montré de meilleures fonctions musculaires, ce qui suggère la possibilité que ces résultats soient valables pour toutes les espèces. En outre, les chercheurs ont également constaté une forte association entre le SMI et la proportion de l’apport en protéines au petit-déjeuner par rapport à l’apport total en protéines au cours de la journée.
Le professeur Shibata espère que les résultats de leur étude conduiront à une modification généralisée du régime alimentaire actuel de la plupart des personnes dans les pays occidentaux et asiatiques, qui consomment traditionnellement de faibles quantités de protéines au petit-déjeuner. Il souligne donc que “chez les humains, en général, l’apport en protéines au petit-déjeuner est d’environ 15 grammes, ce qui est inférieur à ce que nous consommons au dîner, qui est d’environ 28 grammes. Nos résultats plaident fortement en faveur d’un changement de cette norme et d’une consommation accrue de protéines au petit-déjeuner ou au moment de la collation matinale.”
Il semble qu’un simple changement dans notre régime alimentaire puisse être la clé de la santé de nos muscles.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *