L’obésité antérieure peut déclencher des changements épigénétiques persistants dans l’immunité innée et la neuroinflammation


Des antécédents d’obésité causés par un régime riche en graisses entraînent des modifications de l’immunité innée susceptibles de favoriser les maladies inflammatoires – des modifications qui persistent même après une perte de poids et un retour à un métabolisme normal, selon une nouvelle étude menée sur des souris. Si ces résultats se transposent à l’homme, les auteurs suggèrent que ces changements épigénétiques pourraient contribuer à la prédisposition aux maladies neuroinflammatoires liées à l’âge et associées à l’obésité. La dégénérescence maculaire liée à l’âge, une maladie neuroinflammatoire et une cause majeure de cécité irréversible chez les personnes âgées, a été liée à l’obésité. Cependant, les mécanismes par lesquels l’obésité prédispose à cette maladie ne sont pas bien définis. L’impact à long terme d’une obésité antérieure sur la réponse immunitaire plus tard dans la vie reste également inconnu. À travers une série d’expériences sur des souris, Masayuki Hata et ses collègues montrent que les macrophages du tissu adipeux de souris nourries avec un régime riche en graisses présentent des changements épigénétiques qui ont conduit à une expression accrue des gènes qui fonctionnent dans les réponses inflammatoires. Cette expression s’est poursuivie après que les souris aient retrouvé un poids normal et un métabolisme normal, précisent les auteurs. Selon Hata et al, ces changements épigénétiques persistants se sont produits pendant la période d’obésité, lorsque des acides gras comme l’acide stérique ont modifié les macrophages résidents adipeux vers un phénotype pro-inflammatoire, qui se conserve pendant le vieillissement. Ces cellules inflammatoires résidentes peuvent se déplacer vers d’autres parties du corps, y compris l’œil, où elles initient un programme inflammatoire qui favorise la dégénérescence maculaire liée à l’âge. “L’étude de Hata et al. soulève d’importantes questions sur les voies en amont qui sont responsables de la reprogrammation épigénétique dans les macrophages et sur la possibilité d’inverser les changements épigénétiques en ciblant ces voies”, écrivent Kevin Mangum et Katherine Gallagher dans une perspective connexe.

Source :https://www.science.org/doi/10.1126/science.abj8894

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *