Les effets instantanés de l’alimentation et de l’exercice


Le corps commence à réagir aux changements alimentaires sains dès qu’ils sont effectués.

Cela peut s’avérer avantageux, car un régime peut alors réduire à terme le risque d’obésité, de diabète et de maladies cardiaques, et améliorer le sentiment général de bien-être d’une personne.
Contrôle du taux de glucose dans le sang
La consommation de glucides augmente le taux de sucre dans le sang, mais l’ampleur de cette augmentation dépend de l’indice glycémique de l’aliment. L’indice glycémique est un système de classement, basé sur un score de 1 à 100, qui détermine l’effet d’un aliment sur la glycémie.
Les aliments ayant un indice glycémique élevé sont rapidement décomposés, ce qui entraîne de fortes augmentations de la glycémie, suivies de fortes baisses. Les fortes fluctuations de la glycémie peuvent augmenter le risque de diabète, d’obésité et de maladies cardiaques. Il s’ensuit qu’en évitant les aliments à indice glycémique élevé tels que les boissons gazeuses, les bonbons et le pain blanc, on peut réduire ces risques.
Assurer un taux de glycémie stable en optant pour des aliments à faible indice glycémique permet de maintenir les niveaux d’énergie de l’organisme. Le pic de glycémie et la chute brutale qui s’ensuit sont évités et les niveaux d’énergie sont maintenus. Un taux de glycémie stable peut également s’avérer bénéfique, car une baisse de la glycémie, qui est fréquente après un pic, peut perturber la capacité de concentration et d’apprentissage.
Café et cortisol
Réduire la consommation de café peut diminuer le taux de cortisol, l’hormone du stress, dans l’organisme. Un taux élevé de cortisol peut diminuer la capacité d’une personne à gérer la pression et peut également nuire au système immunitaire. La caféine augmente ces effets indésirables de l’hormone et la réduction de la consommation de café peut immédiatement contribuer à limiter les effets indésirables du cortisol.
Restriction calorique sévère
La restriction calorique sévère entrave la perte de poids au lieu de la favoriser, car elle empêche l’organisme de brûler efficacement les graisses. Le corps se comporte comme s’il était affamé, comme un mécanisme de défense, et devient très efficace dans l’utilisation de l’énergie dont il dispose. Il commence à protéger ses réserves de graisse et tire son énergie des muscles et des tissus maigres. Il en résulte une perte musculaire et, par conséquent, une baisse du métabolisme, de sorte que moins de calories sont nécessaires. Cette baisse du métabolisme ralentit à son tour la perte de poids.
Le taux métabolique est affecté par le degré de masse musculaire – le taux métabolique est plus élevé chez ceux qui ont plus de masse musculaire. Les muscles brûlent beaucoup plus de calories que les graisses. La perte de muscles réduit donc le taux métabolique et le nombre de calories brûlées.
Il est important de maintenir un taux métabolique sain, en particulier lorsqu’on suit un régime, ce qui exige de suivre un régime et de faire de l’exercice de manière raisonnable. Les exercices de renforcement musculaire sont particulièrement efficaces pour augmenter la masse musculaire. Pour chaque kilo de muscle supplémentaire développé par une personne, le corps brûle environ 50 calories de plus chaque jour.
Pour éviter une baisse malsaine du taux métabolique, les experts recommandent généralement de ne jamais limiter l’apport calorique à moins de 1 000 à 1 200 calories par jour.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *