Les athlètes sont mis en garde contre les dangers potentiels des compléments naturels


Les compléments nutritionnels pris pour améliorer les performances sportives peuvent présenter des risques pour le cœur, selon une déclaration de la Société européenne de cardiologie (ESC) publiée aujourd’hui dans l’European Journal of Preventive Cardiology, une revue de l’ESC.

“Les compléments nutritionnels sont généralement considérés comme des substances sans risque qui peuvent améliorer les performances”, indique le document. “Certains compléments nutritionnels, y compris divers extraits de plantes et “naturels”, peuvent présenter un risque grave pour la santé et les athlètes risquent même de contrevenir aux règles antidopage.”

“Les athlètes qui utilisent des compléments n’ont souvent aucune connaissance concernant leurs effets sur la performance sportive et la santé globale”, poursuit le document. “Il est rapporté que la plupart des athlètes obtiennent des conseils nutritionnels de la part des entraîneurs, des autres athlètes, des membres de la famille et des amis, ce qui suggère que des interventions éducatives de plus grande envergure, à un âge précoce, sont nécessaires.”

Points clés pour les athlètes utilisant des compléments alimentaires :

  • Un complément naturel n’est pas nécessairement un complément sûr.
  • Utilisez des produits de fabricants établis dont les normes de qualité sont connues.
  • Les athlètes sont personnellement responsables de toutes les substances qu’ils consomment.
  • L’ignorance n’est pas acceptée comme une excuse dans le cadre d’un contrôle antidopage positif.

Le document de synthèse décrit les effets cardiovasculaires pendant le sport des substances dopantes, des médicaments prescrits et en vente libre, des suppléments légaux destinés à améliorer les performances et des drogues expérimentales.

Le dopage désigne l’utilisation d’une substance ou d’une méthode potentiellement dangereuse pour la santé des athlètes ou capable d’améliorer leurs performances. Pour prendre un exemple, on estime que le nombre de décès chez les athlètes dopés aux stéroïdes anabolisants et androgènes est 6 à 20 fois plus élevé que chez les athlètes propres, et qu’environ 30 % de ces décès peuvent être attribués à des causes cardiovasculaires.

L’Agence mondiale antidopage (AMA) tient une liste de médicaments interdits, mais les substances nutritionnelles n’y figurent pas, car beaucoup d’entre elles ne sont pas réglementées ni autorisées. L’utilisation de suppléments légaux par les athlètes varie entre 40 % et 100 % selon le sport et le niveau de compétition. Destinés à améliorer les performances et à donner un avantage compétitif, les compléments légaux comprennent la caféine, la créatine, les boissons/gels/barres énergétiques, le jus de betterave et les protéines.

“La caféine est un excellent exemple de substance naturelle considérée comme sûre”, a déclaré le premier auteur, le Dr Paolo Emilio Adami, de World Athletics, l’organe directeur mondial de l’athlétisme. “Si la caféine améliore les performances, en particulier la capacité aérobie des athlètes d’endurance, son abus peut entraîner une accélération du rythme cardiaque (tachycardie), des troubles du rythme cardiaque (arythmies), une hypertension artérielle et, dans certains cas, une mort cardiaque subite.”

“La philosophie du “plus c’est mieux”, lorsqu’elle est appliquée à la consommation de caféine dans le sport, peut entraîner des effets secondaires qui l’emportent sur les avantages en termes de performance”, indique le document.

De nombreux athlètes d’élite consomment quotidiennement une combinaison de suppléments et le document précise : “Malheureusement, il est courant que les athlètes ignorent les recommandations de dosage et utilisent plusieurs médicaments simultanément.” Les sportifs doivent savoir que l’utilisation de suppléments les expose au risque d’ingérer des substances interdites, car ils sont réglementés comme des ingrédients alimentaires et ne sont pas soumis aux normes de sécurité rigoureuses des produits pharmaceutiques.

Le document prévient que le désir et le consentement des athlètes à utiliser des médicaments expérimentaux dont la sécurité n’a pas été prouvée chez l’homme est potentiellement encore plus risqué que l’utilisation de stéroïdes ou d’autres drogues interdites. L’utilisation continue de modulateurs sélectifs des récepteurs androgènes ou de peptides “comporte un risque substantiel de conséquences néfastes à long terme pour la santé, qui sont généralement sous-estimées par leurs promoteurs”, indique le document. Il souligne également que le dopage génétique visant à améliorer la force, à réduire la douleur et à réparer les tissus “devrait se produire en coulisses avec des actions de protection limitées et, par conséquent, des risques accrus pour la santé” et “constitue une grande menace très préoccupante pour l’avenir de la manipulation des performances humaines.”

Le Dr Adami a déclaré : “Dans de nombreux cas, les sportifs utilisent un mélange ou un cocktail de substances pour améliorer leurs performances et l’interaction entre ces substances peut également être extrêmement dangereuse. Toutes les substances dopantes sont risquées et leur utilisation en tant que médicaments ne devrait être autorisée que lorsqu’elles sont prescrites par un médecin pour traiter un état pathologique, lorsqu’il n’existe pas d’alternatives thérapeutiques et qu’elles répondent aux exigences de l’autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT).2 En fonction de la dose, de la durée d’utilisation et de l’interaction avec d’autres substances, les conséquences sur la santé peuvent varier et, dans certains cas, être mortelles. D’un point de vue cardiovasculaire, ils peuvent provoquer une mort cardiaque soudaine et des arythmies, de l’athérosclérose et une crise cardiaque, de l’hypertension artérielle, une insuffisance cardiaque et des caillots sanguins.”

Il poursuit : “Les athlètes doivent savoir que les suppléments et substances naturels ne sont pas nécessairement sûrs et qu’ils ne doivent être utilisés que s’ils sont recommandés par des nutritionnistes professionnels. Il est fondamental d’utiliser des produits provenant de fabricants bien établis dont les normes de qualité sont connues et approuvées au niveau international.”

Le Dr Adami conclut : “Les athlètes sont toujours personnellement responsables des substances qu’ils consomment. L’ignorance n’est pas acceptée comme une excuse en cas de contrôle antidopage positif. Les personnes souffrant d’une maladie cardiovasculaire établie doivent toujours consulter un médecin ou un cardiologue du sport avant d’utiliser une aide à la performance ou un supplément.”

Source : Athletes warned against potential dangers of natural supplements (escardio.org)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *