Les 9 Formes de vitamine C existantes dans le marché

health-621356_960_720

On parle souvent de vitamine C sans connaitre les formes sous lesquelles elle se présente et les propriétés de chacune de ces formes. Dans ce qui va suivre nous allons détailler toutes les formes possibles de vitamine C.

À la base la vitamine C fait référence à l’acide L-ascorbique. C’est la forme chimique de l’acide ascorbique qu’on peut considérer comme vitamine car elle remplie les caractéristiques d’une vitamine hydrosoluble:
– Existence de carences potentielles
– Aspect coenzymatique
– S’apporte par l’alimentation
– Soluble dans l’eau

Donc, la forme biologique de l’acide ascorbique qui a le statut de vitamine et qu’on appelle vitamine C, c’est l’acide L-ascorbique.

Il existe également 3 autres isomères de l’acide ascorbique mais qu’on ne peut les considérer comme des vitamines car elles sont non essentielles et elles ne remplissent pas les critères cités plus haut:

– Acide L-isoascorbique
– Acide D-ascorbique
– Acide D-isoascorbique

On retrouve également la forme oxydée de l’acide L-ascorbique qui est l’acide déhydro-ascorbique. Ce dernier est très rapidement réduit en acide L-ascorbique. Il est considéré comme le précurseur de la vitamine C. La différence entre les deux, si l’on observe la formule chimique générale de chacun est qu’il manque 2 atomes d’hydrogène à la forme oxydée:

– Acide L-ascorbique (C6H8C6)
– Acide déshydroascorbique (C6H6O6)

Nous avons détaillé dans un article précédant les notions de biofonctionnalité où l’on distingue les précurseurs des coenzymes.
Dans le cas de la vitamine C, l’acide L-ascorbique est le coenzyme et l’acide déhydro-ascorbique en est le précurseur.

Mis à part les différences dans les formules chimiques, il existe des formes de présentation galéniques sur lesquelles on s’étalera car ce sont ces formes qu’on retrouve dans le marché:

 

1- L’acide L-ascorbique pur:

 

On le retrouve sous forme de cristaux ou de poudre légèrement jaunâtre à gout acide. Appelé également E300, c’est la forme pure de la vitamine C. La prise se fait par voie orale. Il existe une limite d’absorption qui se situe en dessous de la barre de 500mg/jour. Dans les cas d’activité physique intense, en postopératoire, ou au cours de situations physiologiques particulières, cette limite peut être levée en ingérant des doses dépassant les 3g/jour ce qui permet de percer le plancher de 500mg mais en restant toujours dans les zones de 600 à 650mg.

 

2- L’acide ascorbique mixte:

 

Cette forme est un mélange de la forme citée plus haut et de l’acide D-ascorbique. Le mélange en général est de 50%/50%. Ceci diminue considérablement la biofonctionnalité de cette forme du fait que l’acide D-ascorbique n’est absolument pas de la vitamine C et que les voies métaboliques de la transformation de l’acide D-ascorbique en acide L-ascorbique ont un rendement faible. Ce qui nous amène au fait que cette forme présente théoriquement une biofonctionnalité égale à la moitié de celle de l’acide L-ascorbique pur. En gros, c’est la première forme mais de mauvaise qualité.

 

3- L’Acide L-ascorbique IVC:

 

La forme injectable de la vitamine C est constituée de la forme pure, c’est à dire, l’acide L-ascorbique dissous dans de l’eau destillée combinée à d’autres excipients notamment:

– Sel disodique de l’acide éthylène-diamine-tétracétique
– Eau pour préparation injectable avec pH de 5,5 à 7,0
– Bicarbonate de soude

Il existe des formes injectables et des formes destinées pour perfusion. Ces dernières sont les formes utilisées pour réaliser des perfusions à mégadoses.

 

4- L’Acide déhydro-ascorbique:

 

C’est la forme oxydée de l’acide L-ascorbique. Elle se trouve sous forme de comprimés ou en injectable mais elle est plus rare à trouver dans le marché que toutes les formes de vitamine C. L’acide déhydro-ascorbique est soupçonné par certaines études d’interférer avec certains médicaments de chimiothérapie et de réduire leur efficacité. Les études sont rares à propos de cette forme qui est en cours d’expérimentation. Théoriquement, c’est le précurseur de l’acide L-ascorbique sous l’action du glutathion ou d’autres enzymes.

 

5- Vitamine C Ester:

 

C’est un complexe qui contient de la vitamine C sous sa forme non acide (ascorbates) et un métabolite de l’acide L-ascorbique (thréonates).
On retrouve donc, ces deux molécules associées à un minéral alcalinisant (calcium, magnésium…etc.).
Ces deux molécules sont combinées aussi à d’autres molécules regroupées sous le nom de vitamine P (bioflavones).

On retrouve également des excipients de type:

– Agents liants (phosphate dicalcique, cellulose microcristalline, cellulose hydroxypropyle)
– Agents anti-agglomérants (dioxide de sislicium, acide stearique, stéarate de magnésium)
– Gomme de cellulose
– Extrait de poudre d’Acérola
– Poudre de Cynorrhodon
– Agents de glaçage (hydroxypropylméthyl-cellulose)
– Glycérine végétale…etc.

C’est donc un véritable supplément contenant des sources diverses de vitamine C.

 

6- Vitamine C biologique:

 

Il s’agit d’extraits d’agrumes, de bioflavonoides naturels, de rutine et de sources biologiques de vitamine C, non pas sous une forme isolée mais contenue dans des extraits et des végétaux. Les dosages sont relativement bas comparés aux dosages qu’on pourrait obtenir avec d’autres formes mais la qualité est très préservée.

 

7- Vitamine C liposomale:

 

Cette forme est constituée généralement d’acide L-ascorbique emprisonné dans des liposomes d’acide gras (capsules) d’où le nom liposomale. C’est la forme la plus biodisponible par voie orale. C’est aussi la plus chère car elle nécessite un procédé de fabrication en plus.
Vous pouvez très bien fabriquer cette forme chez vous en passant une solution aqueuse de lécithine de tournesol et d’acide L-ascorbique pur dans un émetteur d’ultrason. Les molécules d’acide L-ascorbique seront encapsulées par la lécithine sous l’action des ondes ultrasonores ce qui augmentera leur absorbabilité.
L’histoire des 6g de vitamine C liposomale qui seraient l’équivalent de 50g d’IVC est ABSOLUMENT FAUSSE !!! Les liposomes augmentent la délivrabilité de l’acide L-ascorbique mais la voie intraveineuse est la voie d’accès la plus directe.
Il est évident que la notion de limite d’absorption n’existe pas avec la vitamine C liposomale mais ceci ne confère aucune propriété exceptionnelle à la vitamine C qui deviendrait d’un coup 8 fois plus biofonctionnelle que celle introduite en IV (un peu de sérieux quand même!)

 

8- Ascorbates:

 

Forme non acide de la vitamine C où l’acide L-ascorbique est combiné à un minéral alcalinisant. On trouve principalement les types suivants: ascorbate de sodium (E301), de calcium (E302), de potassium (E303), de magnésium. Son absorbabilité est supérieure à celle de l’acide L-ascorbique en raison du minéral qu’elle contient.
Cette forme s’ingère par voie orale, sauf pour l’ascorbate de sodium qu’on retrouve sous forme orale et sous forme d’IVC.

 

9- Formes liposolubles de la vitamine C:

 

Je vous ai mentionné au début que la vitamine C est hydrosoluble. Mais savez vous qu’il existe des formes liposolubles ?
Ces formes sont controversées et sont pour certaines interdites aux USA, en Europe et en Australie. Il s’agit de formes comme: les stéarates d’ascorbyle (E305) ou les palmitates d’ascorbyle (E304) ainsi que d’autres formes d’ascorbyle. Elles sont liposolubles vues qu’elles sont liées à des acides gras. On les utilisent comme additifs alimentaires dans des produits gras, la plupart du temps des margarines.

 

CONCLUSION:

Derrière le mot “vitamine C” se cache tout un tas de formes et de molécules avec des propriétés physico-chimiques différentes, n’est ce pas ? Donc, la prochaine fois qu’on vous parle de vitamine C ou qu’on vous donne des recommandations par rapport au dosage ou aux indications, demandez de quelle forme s’agit il ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *