Le potentiel inflammatoire du régime alimentaire au milieu de la vie est associé à un vieillissement ultérieur en bonne santé chez les adultes français.


Bien que l’inflammation chronique de bas grade ait été suggérée comme un modulateur majeur du vieillissement en bonne santé (HA), aucune étude n’a encore examiné le lien entre le potentiel inflammatoire de l’alimentation et les concepts multidimensionnels du vieillissement en bonne santé.

Nous avons cherché à évaluer l’association entre le potentiel inflammatoire de l’alimentation au milieu de la vie, mesuré par l’indice d’inflammation alimentaire (DII), et le vieillissement en bonne santé évalué 13 ans plus tard.

Nous avons analysé les données de 2 796 participants à l’étude française Supplémentation en Vitamines et Minéraux Antioxydants (SU.VI.MAX) âgés de 45 à 60 ans au départ (1994-1995) et initialement exempts de diabète, de maladie cardiovasculaire et de cancer. Pendant la phase d’essai de l’étude (1994-2002), les participants ont reçu soit un placebo, soit une dose nutritionnelle quotidienne de supplément antioxydant (120 mg de vitamine C, 6 mg de β-carotène, 30 mg de vitamine E, 100 μg Se, 20 mg Zn). Le vieillissement en bonne santé a été évalué en 2007-2009, et défini comme l’absence de maladie chronique majeure, un bon fonctionnement physique et cognitif, l’indépendance dans les activités quotidiennes, l’absence de symptômes dépressifs, une bonne santé sociale, une bonne perception globale de sa propre santé, et l’absence de douleurs limitant les fonctions. L’indice d’inflammation alimentaire a été calculé sur la base d’enregistrements répétés de l’alimentation de base sur 24 heures. Son association avec le vieillissement en bonne santé a été évaluée par une régression de Poisson à variance d’erreur robuste, fournissant des estimations de RR.

Après ajustement des facteurs de confusion potentiels, des scores plus élevés de l’indice d’inflammation alimentaire (reflétant un régime plus pro-inflammatoire) ont été associés à une probabilité réduite de vieillir en bonne santé : RRtertile 3/tertile 1 = 0,85 (IC 95 % : 0,74, 0,99) ; P-tendance = 0,03. Les analyses secondaires ont révélé que cette association n’était significative que chez les participants qui avaient fait partie du groupe placebo pendant la phase d’essai : RRtertile 3/tertile 1 = 0,80 (IC à 95 % : 0,64, 1,00) ; P-tendance = 0,04.

Cette étude suggère qu’un régime pro-inflammatoire peut réduire la probabilité de vieillir en bonne santé.

Source :https://academic.oup.com/jn/article/148/3/437/4930809?login=false

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *