Le métabolisme des graisses au début de la grossesse : Obésité infantile


Une nouvelle étude, menée par des chercheurs de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni) en collaboration avec l’Université de Californie, Berkeley (États-Unis), publiée aujourd’hui dans Lancet Diabetes & Endocrinology, identifie, dès le cinquième mois de grossesse, des modèles de croissance abdominale fœtale associés à des métabolites lipidiques maternels qui permettent de suivre la croissance, l’adiposité et le développement du nouveau-né jusqu’à l’enfance. Ces schémas de croissance fœtale sont également associés au flux sanguin et au transfert de nutriments par le placenta, ce qui démontre une interaction complexe entre la nutrition maternelle et fœtale au début de la grossesse, qui influence le poids postnatal et éventuellement la santé de l’adulte.

Les chercheurs ont suivi la croissance dans l’utérus de plus de 3 500 bébés dans six pays (Afrique du Sud, Brésil, Kenya, Pakistan, Thaïlande et Royaume-Uni) à l’aide d’échographies fœtales en série tout au long de la grossesse, et ont analysé des échantillons de sang prélevés sur les femmes au début de la grossesse et sur le cordon ombilical à la naissance. Ils ont ensuite suivi la croissance et le développement des nourrissons jusqu’à l’âge de 2 ans.

José Villar, professeur de médecine périnatale à l’Université d’Oxford, qui a codirigé l’étude, a déclaré : “Il s’agit de la première preuve complète, à travers des populations géographiques, de l’interaction complexe entre le métabolisme maternel et fœtal qui régule, au début de la grossesse, des trajectoires fœtales uniques liées spécifiquement au poids, à l’adiposité et au développement pendant l’enfance. L’étude complète nos travaux antérieurs qui ont identifié des trajectoires de croissance de la tête fœtale associées à différents résultats en matière de développement, de comportement, de vision et de croissance à l’âge de 2 ans. En termes simples : la croissance du corps et du cerveau des bébés suivent des trajectoires distinctes et précoces – alors qu’ils sont encore dans l’utérus”.

Aris Papageorghiou, professeur de médecine fœtale à l’université d’Oxford, qui a codirigé l’étude, a déclaré : “Cette étude est unique pour de nombreuses raisons. Chaque grossesse a été datée avec précision par échographie à moins de 14 semaines de gestation ; tous les fœtus ont été examinés avec le même type d’appareil à ultrasons toutes les 5 semaines ; et les spécialistes en échographie et en pédiatrie du monde entier ont été formés pour mesurer la croissance du fœtus et de l’enfant de manière standardisée en utilisant un équipement identique”.

On a beaucoup parlé de l’importance des 1000 premiers jours de la vie dans la détermination des résultats de santé futurs. Cette étude fournit des preuves de l’existence de modèles distincts de croissance abdominale fœtale et de transfert placentaire et de leur lien avec la santé à long terme. La découverte d’une association avec le métabolisme lipidique maternel au début de la grossesse donne également un aperçu unique de la façon dont la santé et le régime alimentaire de la mère influencent l’adiposité de son enfant”.

Stephen Kennedy, professeur de médecine reproductive à l’Université d’Oxford, qui a codirigé l’étude, a déclaré : “Cette étude historique a fourni de nouvelles informations précieuses sur les origines biologiques de l’obésité infantile, qui est l’un des problèmes de santé publique les plus urgents auxquels les gouvernements du monde entier sont confrontés. Les résultats pourraient contribuer à une identification plus précoce des enfants à risque d’obésité. Les décideurs politiques doivent tenir compte de ces résultats dans leurs efforts pour prévenir l’épidémie d’obésité qui s’annonce, avec toutes ses conséquences sociales et économiques négatives probables”.

Cet article complète les travaux publiés par les mêmes groupes en 2021, qui ont identifié des trajectoires de croissance de la tête du fœtus associées à différents résultats en matière de développement, de comportement, de vision et de croissance à l’âge de 2 ans. Fait très important, dans les deux études, la même période critique proche du 5e mois de grossesse est le point de départ d’une croissance fœtale accélérée ou ralentie qui se maintient jusqu’à la petite enfance.

Source :https://www.ox.ac.uk/news/2022-08-26-early-childhood-weight-affected-mothers-diet-during-pregnancy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *