Le diabète, facteur de dénutrition et de carences en micronutriments ?


Le diabète peut être cause et/ou conséquence du déficit nutritionnel.

Dans tous les cas étudiés dans cet article, le déficit nutritionnel augmente le risque de complications micro- et macroangiopathiques. Les patients diabétiques âgés sont plus souvent dénutris que les patients non diabétiques. Cette dénutrition influence la fréquence et le pronostic des maux perforants plantaires. La vitamine D, le zinc, le magnésium et le chrome interviennent dans la régulation de la sécrétion d’insuline et dans la voie de signalisation de l’insuline influençant la sensibilité à l’insuline. Au cours du diabète, quel qu’il soit, les taux circulants de ces micronutriments sont significativement plus bas qu’en l’absence de diabète sans qu’il n’y ait pour autant toujours de carence. La carence en vitamine B12 est également plus fréquente chez les diabétiques que chez les non diabétiques. Sa fréquence augmente en cas de traitement par metformine du fait d’un effet de celle-ci sur son absorption. Les carences en vitamine D, zinc et magnésium augmentent le risque cardiovasculaire chez les diabétiques du fait de leur effet anti-oxydant et sur la fonction endothéliale. Les taux circulants de ces différents nutriments sont significativement abaissés chez les diabétiques ayant des complications cardiovasculaires par rapport à ceux n’en n’ayant pas. Les études d’observation montrent des associations entre ces déficits et la survenue des complications microangiopathiques. Quel que soit le déficit considéré, malgré ces données, les études d’intervention sont insuffisantes et ne montrent pas d’intérêt sur l’évolution et le pronostic du diabète de supplémentation spécifiques.

Source:

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0985056217301942

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *