Le cacao ne semble pas réduire les troubles digestifs liés à l’effort.


Les Jeux olympiques d’hiver ont été marqués par un athlétisme impressionnant, mais le fait d’être au sommet de son art ne protège pas nécessairement des troubles digestifs résultant de l’exercice. Étonnamment, certaines personnes ajoutent du cacao à leur régime alimentaire pour réduire ces symptômes. Aujourd’hui, des chercheurs publiés dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry de l’ACS rapportent que la consommation quotidienne à long terme de cacao ne semble pas améliorer les problèmes digestifs liés à l’exercice chez les athlètes masculins et n’induit que des changements minimes dans leur microbiome intestinal.

La pratique d’un exercice vigoureux ou intense peut provoquer des troubles digestifs chez certaines personnes. Les symptômes peuvent inclure des nausées, des brûlures d’estomac, des crampes abdominales et des diarrhées. Dans le pire des cas, les symptômes sont si graves que les athlètes arrêtent ce qu’ils font et abandonnent les compétitions. Des études antérieures ont suggéré que la consommation à long terme de cacao pourrait atténuer ces problèmes en raison de la forte teneur en flavonoïdes de cette substance savoureuse. Ces composés peuvent renforcer l’activité antioxydante et anti-inflammatoire et il a été démontré qu’ils ont des effets prébiotiques sur les microbes bénéfiques de l’intestin dans des études animales. Cependant, la consommation chronique de poudre de cacao par les humains pour réduire les problèmes digestifs liés à l’exercice n’a pas été étudiée de manière standardisée. C’est pourquoi François Fenaille, Mar Larrosa et leurs collègues ont voulu mettre au point un essai sur l’homme hautement contrôlé mais aussi réaliste pour évaluer si le cacao pouvait être utile.

En utilisant le format de référence pour les essais sur l’homme, les chercheurs ont mené une étude randomisée, contrôlée par placebo, sur 54 athlètes masculins en bonne condition physique qui ont suivi un programme d’entraînement strict pendant 10 semaines. Pendant cette période, les participants ont complété leur régime alimentaire habituel par du cacao riche en flavonoïdes ou par une poudre d’amidon placebo mélangée à du lait demi-écrémé, qu’ils buvaient tous les jours au petit-déjeuner. Au début et à la fin de la période d’entraînement, les athlètes ont été soumis à un test de course de haute endurance. Les symptômes gastro-intestinaux des participants n’ont pas changé dans les deux groupes de supplémentation, ce qui indique que le cacao n’a pas amélioré les troubles digestifs induits par l’exercice. Enfin, les chercheurs n’ont constaté que de légers effets sur la composition du microbiome intestinal et des métabolites plasmatiques et fécaux. Bien que le régime alimentaire des athlètes, qui comprenait une grande quantité de fruits et de légumes, ait pu masquer un petit effet du cacao, les chercheurs concluent que le cacao n’est pas un supplément efficace pour supprimer les problèmes gastro-intestinaux ou modifier le microbiome intestinal global des athlètes d’endurance.

Source : Cocoa does not appear to reduce exercise-related digestive distress, study finds – American Chemical Society (acs.org)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *