Le bon fonctionnement de la graisse pourrait être la clé de la réduction des maladies de la vieillesse


Le tissu adipeux joue un rôle important dans la santé humaine. Cependant, notre tissu adipeux perd de sa fonction à mesure que nous vieillissons, ce qui peut entraîner le diabète de type 2, l’obésité, le cancer et d’autres affections. Des niveaux élevés d’exercice tout au long de la vie semblent contrecarrer cette détérioration. C’est ce que révèlent des recherches menées à l’Université de Copenhague, où des biologistes ont étudié le lien entre le vieillissement, l’exercice et la fonction du tissu adipeux chez des hommes danois.

Comment fonctionne votre tissu adipeux ? Ce n’est pas une question que l’on se pose très souvent. Pourtant, les recherches menées ces dernières années suggèrent que la fonction de notre tissu adipeux, ou tissu graisseux, joue un rôle central dans le déclin de notre corps avec l’âge, et qu’elle est fortement liée à des maladies humaines comme le diabète 2, le cancer car l’obésité se développe souvent et les cellules graisseuses subissent des changements fonctionnels avec l’âge. Ainsi, la santé globale n’est pas seulement influencée par la quantité de graisse que nous portons, mais par le bon fonctionnement de notre tissu adipeux.

Une nouvelle étude de l’Université de Copenhague démontre que, même si notre tissu adipeux perd une fonction importante avec l’âge, un volume élevé d’exercice peut avoir un impact significatif pour le mieux.

“La santé globale est étroitement liée au bon fonctionnement de notre tissu adipeux. Par le passé, nous considérions la graisse comme un dépôt d’énergie. En fait, la graisse est un organe qui interagit avec d’autres organes et peut optimiser la fonction métabolique. Entre autres, le tissu adipeux libère des substances qui affectent le métabolisme des muscles et du cerveau lorsque nous avons faim, et bien plus encore. Il est donc important que le tissu adipeux fonctionne comme il le devrait”, explique le professeur adjoint Anders Gudiksen du département de biologie de l’université de Copenhague.

La fonction des cellules graisseuses se dégrade avec l’âge

Gudiksen et un groupe de collègues ont examiné le rôle de l’âge et de l’entraînement physique dans le maintien de la fonction du tissu adipeux. Ils ont plus particulièrement étudié les mitochondries, ces minuscules centrales électriques situées dans les cellules adipeuses. Les mitochondries convertissent les calories des aliments pour fournir de l’énergie aux cellules. Pour maintenir les processus vitaux à l’intérieur des cellules, elles doivent fonctionner de manière optimale.

Les chercheurs ont comparé les performances mitochondriales d’une série d’hommes danois jeunes et plus âgés, non entraînés, modérément entraînés et très entraînés. Les résultats montrent que la capacité des mitochondries à respirer – c’est-à-dire à produire de l’énergie – diminue avec l’âge, quelle que soit la quantité d’exercice pratiquée par une personne. Cependant, Anders Gudiksen explique :

“Bien que la fonction mitochondriale diminue avec l’âge, nous pouvons constater qu’un niveau élevé d’exercice tout au long de la vie exerce un puissant effet compensatoire. Dans le groupe des hommes âgés bien entraînés, les cellules graisseuses sont capables de respirer plus de deux fois plus que chez les hommes âgés non entraînés.”

Plus d’entraînement signifie moins de déchets dans les cellules

Tout comme le moteur d’une voiture produit des déchets lorsqu’il transforme des substances chimiques en énergie utilisable, les mitochondries en produisent également. Les déchets mitochondriaux se présentent sous la forme de radicaux libres d’oxygène, appelés ROS (Reactive Oxygen Species). Les ROS qui ne sont pas éliminés endommagent les cellules et la théorie actuelle est que des ROS élevés peuvent conduire à un large éventail de maladies, notamment le cancer, le diabète, les maladies cardiovasculaires et la maladie d’Alzheimer. La régulation des ROS est donc importante.

“Le groupe de personnes âgées qui s’entraîne le plus forme moins de ROS et conserve la fonctionnalité de les éliminer. En effet, leurs mitochondries gèrent mieux les déchets produits dans les cellules graisseuses, ce qui entraîne moins de dommages. Par conséquent, l’exercice physique a un effet important sur le maintien de la santé du tissu adipeux, et donc probablement aussi sur la prévention de certaines maladies”, déclare Gudiksen.

Les chercheurs ont également constaté que les participants plus âgés qui ont fait le plus d’exercice tout au long de leur vie possèdent davantage de mitochondries, ce qui leur permet de mieux respirer et, entre autres, de libérer davantage d’hormones liées à la graisse, importantes pour l’équilibre énergétique de l’organisme.

Nos résultats montrent qu’il est possible d’entraîner son tissu adipeux à un degré très élevé, mais qu’il n’est pas nécessaire de faire 200 km de vélo par semaine pour obtenir un effet positif. Ce que vous ne devriez pas faire, c’est ne rien faire du tout”, conclut Anders Gudiksen, qui espère que le monde de la recherche se concentrera davantage sur ce que les gens peuvent faire pour préserver la santé de leur tissu adipeux.

La prochaine étape pour les chercheurs de l’UCPH sera d’étudier où se produisent exactement les dommages cellulaires lorsque les gens ne font pas d’exercice et quel est l’impact de ces dommages sur le corps dans son ensemble au fil du temps. Parallèlement, les chercheurs étudient les moyens de manipuler pharmacologiquement le mécanisme de la mitochondrie qui convertit les calories en chaleur au lieu de les déposer sous forme de graisse, réduisant ainsi la production de radicaux oxygénés nocifs.

Source : Well-functioning fat may be the key to fewer old-age ailments – University of Copenhagen (ku.dk)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *