L’apport maternel prénatal en vitamine B12 est associé au développement de la parole et aux capacités mathématiques dans l’enfance.


Les carences en de nombreux nutriments pendant la grossesse ont des effets néfastes sur le développement cérébral du fœtus, entraînant une altération de la fonction cognitive pendant l’enfance.

Cependant, il n’est pas clair si les carences en vitamine B12 avant la naissance sont nocives pour le fœtus en développement. Les chercheurs ont donc utilisé l’étude longitudinale Avon sur les parents et les enfants pour tester l’hypothèse selon laquelle les résultats cognitifs de l’enfance sont réduits si leur mère a consommé un régime pauvre en vitamine B12 pendant la grossesse.
Une analyse détaillée de l’exposome a été utilisée pour identifier 9 facteurs indépendamment associés à un faible apport en vitamine B12. Celles-ci ont été prises en compte dans chacune des 26 analyses de résultats. Les résultats ont montré que les enfants des femmes ayant le plus faible apport de 10% de vitamine B12 présentaient un risque accru de mauvais vocabulaire à 24 mois, une capacité réduite à combiner des mots à 38 mois, une mauvaise intelligibilité de la parole à 6 ans, une mauvaise compréhension des mathématiques à l’école 4 et 6 (8-9 ans et 10-11 ans), et de mauvais résultats aux tests nationaux de mathématiques (13 ans). Il n’y avait pas d’associations ajustées aussi significatives pour les capacités de lecture ou d’orthographe, ou pour le QI verbal ou à grande échelle (quotient intellectuel) à 8 ou à 15.
Ainsi, ils ont confirmé qu’il existe des effets néfastes sur le développement de l’enfant si la femme enceinte a un faible apport en vitamine B12, et ils ont montré que ceux-ci sont spécifiques à certaines capacités d’élocution et de mathématiques.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *