L’administration ciblée du système d’interférence CRISPR contre Fabp4 aux adipocytes blancs améliore l’obésité, l’inflammation, la stéatose hépatique et la résistance à l’insuline


L’épidémie d’obésité touche près d’un demi-milliard de personnes dans le monde, dont de nombreux enfants.

Les maladies liées à l’obésité, notamment les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète de type 2 et le cancer, sont une cause majeure de décès évitables. L’obésité est causée à la fois par des facteurs génétiques et environnementaux, ce qui rend difficile le développement de médicaments efficaces contre l’obésité, qui présentent de graves effets hors cible. Dans une étude publiée aujourd’hui dans Genome Research, des chercheurs ont mis au point une thérapie génique qui réduit spécifiquement le tissu adipeux et inverse les maladies métaboliques liées à l’obésité chez les souris obèses.
Pour surmonter les effets secondaires des médicaments anti-obésité actuels, les chercheurs Jee Young Chung et ses collègues ont mis au point une thérapie génique spécifique visant à réduire au silence un gène du métabolisme des acides gras, Fabp4. Les chercheurs ont utilisé un système d’interférence CRISPR dans lequel la protéine Cas9, morte par catalyse, et un ARN guide unique ont été ciblés sur les adipocytes blancs avec un peptide de fusion spécifique au tissu. Le complexe est internalisé avec peu de toxicité pour les cellules et lors de son internalisation, le complexe moléculaire diminue l’expression de Fabp4 et réduit le stockage des lipides dans les adipocytes. Démontrant que cette méthode d’administration fonctionne bien dans les cellules, Chung et ses collègues ont testé leur thérapie sur des souris obèses. Les souris ont été nourries avec un régime riche en graisses entraînant une obésité et une résistance à l’insuline. La répression de Fabp4 a entraîné une réduction de 20 % du poids corporel et une amélioration de la résistance à l’insuline et de l’inflammation après seulement six semaines de traitement. D’autres améliorations systémiques ont été observées, notamment une réduction du dépôt de lipides gras dans le foie et une diminution des triglycérides circulants.
Le traitement standard actuel approuvé par la FDA n’a montré qu’une perte de 5 % du poids corporel après un an de traitement chez l’homme. Toutefois, si cette thérapie affiche des résultats prometteurs chez la souris, des études supplémentaires sont nécessaires avant de pouvoir l’utiliser en traitement clinique contre la maladie humaine. Il est important de noter que ces travaux mettent en évidence les progrès de la technologie d’édition génétique de précision, qui peuvent être transposés à d’autres types de thérapies.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *