La vitamine D liée à un faible taux de mortalité virale – étude


Des études observationnelles antérieures ont signalé une association entre de faibles niveaux de vitamine D et la sensibilité aux infections aiguës des voies respiratoires.

La vitamine D module la différenciation des globules blancs (notammentles lymphocytes les macrophages), les empêchant de libérer un excès de cytokines proinflammatoires. Le virus SARS-COV-2 est connu pour provoquer un excès de cytokines pro-inflammatoires.

L’Italie et l’Espagne ont toutes deux connu des taux de mortalité élevés dus au COVID-19, et cette nouvelle étude montre que ces deux pays ont des niveaux moyens de vitamine D inférieurs à la plupart des pays d’Europe du Nord. Cela est dû en partie au fait que les habitants du sud de l’Europe, en particulier les personnes âgées, évitent le soleil, tandis que la pigmentation de la peau réduit également la synthèse naturelle de vitamine D.

Les niveaux moyens les plus élevés de vitamine D se trouvent en Europe du Nord, en raison de la consommation d’huile de foie de morue et de suppléments de vitamine D, et peut-être également parce qu’on évite moins le soleil dans ces pays malgré le manque marqué de rayons UVB. Les pays scandinaves figurent parmi les pays ayant le plus faible nombre de cas de COVID-19 et les taux de mortalité par habitant en Europe.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *