La réhabilitation vestibulaire ou la rééducation des vertiges

despair-513529_960_720

La réhabilitation vestibulaire, plus communément appelée rééducation vestibulaire, est une discipline très récente qui a vu le jour dans les années 1940 grâce aux constatations du Dr Cawthorne, oto-rhino-laryngologiste, qui a observé que la réalisation de mouvements rapides de la tète par des patients atteints d’une déficience vestibulaire unilatérale, bien qu’aggravait leurs vertiges au début, permettait une récupération plus rapide de l’équilibre et une rémission satisfaisante de ces vertiges. Il collabora, donc, avec Cooksey, physiothérapeute, dans la mise au point d’un d’un protocole rééducatif qui reste, à quelques modification près, la base des programmes de rééducation vestibulaire d’aujourd’hui.
Cependant, il était presque impensable à l’époque de présenter une nouvelle technique sans références scientifiques, c’est pourquoi les recherches et les expérimentations se poursuivirent et il fallait attendre jusqu’à la fin des années 1960 pour que la rééducation vestibulaire fût officiellement conçue. Au début des années 1980, la découverte des manœuvres libératoires du vertige paroxystique positionnel bénin (VPPB) par A. Sémont à fait l’avancée majeur de cette discipline qui commençait déjà à être internationalisée par des spécialistes connus dans le monde entier. Récemment la rééducation vestibulaire a bénéficié du développement informatique et audiovisuel et est entrée dans l’aire de la technologie.

Entre médecine ORL et rééducation vestibulaire

A présent elle constitue un choix thérapeutique de qualité, entre traitement médical et chirurgical, parfois inutiles, la rééducation vestibulaire est souvent efficace et présente des avantages énormes; de part son coût beaucoup moins élevé, ses techniques sont simples et non agressives pour l’organisme du patient. La médecine et la chirurgie s’appliquent à restaurer les dommages du système vestibulaire, par contre la rééducation vestibulaire s’engage à restaurer l’équilibre en agissant sur tous les constituants du système de l’équilibration pour atteindre une compensation vestibulaire maximale.

Comment fonctionne notre système d’équilibre?

Notre système d’équilibre est constitué par 3 principaux appareils sensoriels: l’appareil visuel, l’appareil proprioceptif (ensemble des neurorécepteurs responsable de la statique et de la locomotion), et l’appareil vestibulaire qui présente comme organe sensoriel l’oreille interne (notre oreille est divisée en 3 partie: externe, moyenne et interne) qui captent des informations du monde extérieur et les transmettent aux centres nerveux (principalement le cervelet et la substance réticulée). Lors d’une défaillance de l’un de ces appareils, principalement l’oreille interne, il y a apparition de vertiges, d’instabilité, de nystagmus (mouvement oculaire anormal constitué de deux composantes rapide et lente), et éventuellement des nausées et des vomissements. Les deux appareils visuel et proprioceptif, restants intactes, peuvent prendre le relais pour compenser le déficit d’informations envoyées aux centres nerveux, ils n’attendent que d’être stimulés et développés par des exercices que le praticien spécialisé en réhabilitation vestibulaire peut mettre au point.

La rééducation vestibulaire, encore méconnue!

Selon une enquête réalisée par l’OMS concernant l’utilisation de la rééducation vestibulaire dans l’abord des patients vertigineux, la majorité des professionnels de santé ignorent totalement l’existence de cette discipline. Pourtant les vertiges font partie du quotidien de toute la population mondiale. Dans les hôpitaux le vertige est dans les troisième et deuxième rangs des motifs de consultation en médecine d’urgence. La rééducation vestibulaire, faisant ainsi partie intégrante de l’arsenal thérapeutique de la rééducation fonctionnelle,  doit être reconnue non pas seulement comme complément du traitement médical ou chirurgical mais bien souvent comme leur substitut car elle peut améliorer l’état un très grand nombre de patients et les rendre à la vie active.

Exemples d’applications de la réhabilitation vestibulaire :

 

– Vertige paroxystique positionnel bénin (VPPB) : La méthode à la fois de diagnostic et de traitement utilisée est celle de Dix & Halpaike (1, 2).

– Vertige d’origine périphérique : Travail de contrôle postural (3).

– Maladie de Ménière : Techniques de stimulation et de recentrage vestibulaire par élimination des entrées proprioceptive et oculaire (4).

– Déséquilibres proprioceptifs : Techniques de stimulation et de recentrage proprioceptif par élimination des entrées oculaire et vestibulaire.

 

Références :

1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27746838

2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27340939

3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27676762

4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27418422

5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27638071

6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27083886

7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26832632

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *