Interactions géniques observées avec les lipides sanguins HDL-c, les apports en protéines, en sucre et en biotine


L’homocystéine élevée (Hcy) est associée à plusieurs pathologies.

Les interactions gènes-alimentation liées à l’Hcy peuvent être utilisées pour personnaliser les conseils diététiques afin de réduire l’incidence des maladies. Pour explorer cette possibilité, les chercheurs ont étudié les interactions entre l’anthropométrie, les marqueurs biochimiques et le régime alimentaire et les polymorphismes mononucléotidiques (SNP) en relation avec les concentrations de Hcy.

Les chercheurs ont conlcu que les associations Hcy-SNP sont modulées par l’alimentation et ouvrent la possibilité d’invoquer des interventions alimentaires pour traiter l’hyperhomocystéinémie. Les futurs essais d’intervention devraient explorer davantage les interactions gène – régime alimentaire et gène – lipides sanguins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *