Influence d’un bain de bouche sur la présence de bactéries cariogènes au sein du biofilm dentaire


La carie est le 4ème fléau mondial selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

C’est une maladie infectieuse polymicrobienne, transmissible et multifactorielle, détruisant les tissus durs des dents.Le but de notre étude était d’observer l’influence d’ELUDRIL*, bain de bouche contenant de la chlorhexidine, antiseptique à large spectre d’action, sur la présence des 2 principales bactéries cariogènes du biofilm dentaire : Streptococcus mutans etLactobacillus.Un traitement de 3 semaines par ELUDRIL* (à raison de 2 bains de bouche par jour) a été prescrit aux 64 patients de l’étude.Nous avons évalué avant et après ce traitement la quantité de Streptococcus mutans et Lactobacillus salivaires et leur proportion respective par rapport à la charge bactérienne salivaire totale (grâce au test salivaire CARIO-ANALYSE*), le pouvoir tampon salivaire (également grâce au test salivaire CARIO-ANALYSE*) et l’indice de plaque (de Silness et Loë).ELUDRIL* s’est avéré efficace pour diminuer l’indice de plaque (chez 76% des patients) et ne semble avoir aucune incidence sur le pouvoir tampon salivaire (chez 86% des patients). Cependant, nous avons observé après le traitement une augmentation des quantités de Streptococcus mutans et de Lactobacillus chez respectivement 41% et 66% des patients et une augmentation des pourcentages de Streptococcus mutans et de Lactobacillus chez respectivement 39% et 59% despatients, ce qui ne va pas dans le sens des résultats de la littérature.L’action d’ELUDRIL* in vivo sur les bactéries cariogènes Streptococcus mutans et Lactobacillus semble donc plus complexe à étudier, car de très nombreux biais ont pu fausser nos résultats, tels que la mauvaise observance du traitement, l’absencede scellement préalable des réservoirs bactériens, le non respect des restrictions nécessaires à l’interprétation des tests salivaires, l’alimentation et l’hygiène bucco-dentaire pendant le traitement, les limites des tests salivaires, la variabilité destemps de prélèvements salivaires et les quelques détartrages réalisés.Il est donc plus difficile de se prononcer sur les résultats obtenus pour ces 2 espèces bactériennes et on ne peut a priori pas indiquer ELUDRIL* dans la prévention carieuse.

Source:

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01738877

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *