Indicateur potentiel de risque d’obésité détecté pendant le sommeil


Tout au long de la journée, nous gagnons de l’énergie en décomposant les glucides, les graisses et les protéines dans notre corps grâce au processus du métabolisme.

Par exemple, immédiatement après avoir mangé, la majeure partie de notre énergie provient des glucides, tandis qu’après un jeûne, la majeure partie provient des graisses. La capacité de l’organisme à changer de source d’énergie métabolique en réponse aux changements de l’état nutritionnel, par exemple après les repas et pendant le sommeil, est appelée flexibilité métabolique. Des recherches ont montré qu’une flexibilité perturbée est associée à des maladies telles que l’obésité et le diabète. Le professeur Kumpei Tokuyama et son équipe de chercheurs de l’université de Tsukuba ont étudié le métabolisme pendant le sommeil. “Nous nous sommes intéressés à la façon dont le métabolisme change pendant le sommeil et à la possibilité de détecter des différences métaboliques chez les personnes au métabolisme inflexible”, explique le professeur Tokuyama.
La méthode de base utilisée par l’équipe s’articule autour d’une mesure appelée quotient respiratoire, abrégé en QR, qui mesure la quantité d’oxygène que nous utilisons et la quantité de dioxyde de carbone que nous expirons. Lorsque les quantités sont égales — un QR égal à 1 — cela indique que la source d’énergie est constituée de glucides. Lorsque le rapport est inférieur, autour de 0,8, cela indique que les graisses ou les protéines sont utilisées comme source d’énergie. Pour caractériser les changements métaboliques au fil du temps, les chercheurs ont mesuré les ratios dioxyde de carbone/oxygène de 127 personnes, toutes les 5 minutes sur une période de 24 heures.
La première constatation était inattendue. Étant donné que le sommeil est comme une période de jeûne, on pourrait s’attendre à ce que les QR diminuent tout au long de la nuit, ce qui indiquerait que les graisses sont brûlées de plus en plus au fur et à mesure que le sommeil avance. Au lieu de cela, ils ont trouvé un schéma différent. “Nous avons été surpris de constater que si les valeurs de QR diminuaient régulièrement au début du sommeil, après avoir atteint un point bas, elles commençaient à rebondir après minuit et continuaient à augmenter jusqu’au réveil des personnes”, explique le professeur Tokuyama.
Ensuite, l’équipe a séparé les participants en fonction du degré de variation de leur QR. Une forte variabilité signifie que le métabolisme est flexible, les valeurs de QR augmentant et diminuant en fonction des besoins de l’organisme tout au long de la journée. Après avoir divisé les participants en groupes au métabolisme flexible et inflexible, l’équipe a constaté que même si les QR moyens sur 24 heures étaient identiques entre les groupes (tout comme leur âge, leur IMC et leur taux de graisse corporelle), les QR nocturnes étaient plus élevés chez les personnes au métabolisme moins flexible, ce qui indique que les participants brûlaient plus de glucides que de graisses.
Ces résultats pourraient avoir une utilité pratique. Comme l’explique le professeur Tokuyama, “il est bien plus préférable de prévenir des maladies comme l’obésité et le diabète que de les traiter. Des examens annuels axés sur la mesure des valeurs de QR du sommeil pourraient aider à dépister les personnes susceptibles de développer des maladies métaboliques, ce qui permettrait d’intervenir à temps.”
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *