Fracture : Conduite à tenir et suppléments

Communitive_midshaft_humeral_fracture_callus

Une fracture est une solution de continuité au niveau d’un os qui survient après un accident, une chute ou tout autre mécanisme impliquant un stress supérieur aux capacités de résistance de l’os en question. Il existe plusieurs types fractures :

  • Fracture ouverte : une plaie ouverte accompagne la fracture qui en général est due à un déplacement de l’os fracturé.
  • Fracture fermée : fracture sans plaie
  • Fractures compliquées : fracture avec dégâts au niveau des organes adjacents
  • Fracture de fatigue : fracture en raison de contraintes répétées
  • Fracture en bois vert : survient généralement au niveau de la diaphyse osseuse chez l’enfant.

Symptômes

  • Douleur sévère
  • Difficulté de mouvement
  • Gonflement / ecchymoses / saignements
  • Déformation / torsion anormale du segment atteint
  • Vomissement au moment de la survenue ou au moins nausées et vertige

Premiers secours

Les premiers secours pour une fracture dépendent du type et de l’emplacement de la fracture, pour les fractures compliquées d’une hémorragie par exemple l’objectif de l’intervention serait orienté vers le contrôle du saignement. En général, peu importe le type de fracture, plusieurs dispositions sont à prendre sur le moment :

  • Vérifier la respiration
  • Calmer la personne
  • Examiner d’autres blessures s’elles existent
  • Immobiliser le segment cassé
  • Appliquez de la glace ou du froid pour réduire la douleur et le gonflement
  • Consulter un médecin

Il existe également des choses à ne jamais faire, au risque d’aggraver la situation :

  • Masser la zone touchée
  • Tenter de redresser l’os cassé
  • Déplacement du sujet sans le soutien de l’os fracturé
  • Bouger les articulations situées immédiatement au dessus ou audessous de la fracture. En règle général, le membre entier doit être immobilisé au moment de la fracture.

Alimentation et suppléments :

Après une bonne réduction de la fracture par un orthopédiste et la mise en place d’un moyen d’immobilisation (en général un plâtre ou une attelle articulée ou pas), une alimentation et une supplémentation spécifiques à la régénération osseuse pourrait aider à une guérison plus rapide. Ceci est observé chez les seniors dont les durées de consolidation sont plus importantes. La ligne maîtresse de l’alimentation et éventuellement la supplémentation est la stimulation du métabolisme du calcium. Calcium, magnésium, phosphore, potassium, vitamine D, vitamine K doivent être apportés en quantités suffisantes afin de favoriser une bonne consolidation.

Consultez votre kiné très tôt :

Ne jamais omettre de consulter un kinésithérapeute dès le début de la mise du plâtre. Il existe beaucoup de techniques et de moyens qui pourront préserver votre amplitude articulaire car une immobilisation fini toujours par provoquer une raideur articulaire et par conséquent une gène fonctionnelle. Le traitement de la raideur est très classique et en même temps très désagréable, il consiste en des postures plus ou moins douloureuses afin d’étirer les éléments périarticulaires rétractés lors de la phase d’immobilisation, et je peutx vous assurer que c’est la dernière chose que vous voudriez vous infliger. Donc, le mieux c’est de voir votre kinésithérapeute dès le premier jour de la mise en place de l’immobilisation.

 

Lire aussi :

 

Arthrite : Remèdes naturels pour les maladies inflammatoires de l’appareil locomoteur

Comprendre le mal de dos

La vitamine K2 prévient la calcification vasculaire et améliore le métabolisme osseux

La lombalgie, le mal du siècle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *