Effets de la matrice alimentaire sur la biodisponibilité des micronutriments et phytomicronutriments lipidiques


Afin que les micronutriments et phytomicronutriments lipidiques (vitamines A, D, E, K, caroténoïdes, phytostérols, certains polyphénols…) que nous ingérons exercent leurs effets biologiques/santé, ils doivent en général rejoindre la circulation générale.

Le processus d’absorption de ces molécules est composé de plusieurs étapes (extraction de la matrice alimentaire, incorporation dans les micelles mixtes, captage par les entérocytes…) dont les efficacités sont fortement influencées par les caractéristiques de la matrice de l’aliment source ou des aliments co-ingérés. Ainsi, la libération des caroténoïdes de leur matrice est plus faible lorsqu’ils sont incorporés dans les chloroplastes (feuilles des légumes verts) que dans les chromoplastes (légumes et fruits jaunes, orange, rouges) ou dans des produits animaux. Les autres constituants du repas peuvent augmenter (triglycérides) ou diminuer (fibres, phytostérols, autres micronutriments) leur biodisponibilité tandis que certaines modifications technologiques/culinaires peuvent permettent une augmentation de l’efficacité d’absorption. Ces facteurs peuvent également affecter la cinétique d’apparition de ces molécules dans la circulation générale, sans que l’on en connaisse les conséquences biologiques. Une meilleure connaissance de l’effet des matrices alimentaires sur la biodisponibilité de ces composés permettrait de proposer des leviers d’action industriels ou individuels afin de limiter les déficiences et d’augmenter leurs bénéfices santé. Sa prise en compte permettrait également une meilleure évaluation de leurs effets dans les études d’épidémiologie nutritionnelle.

Source:

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0007996020300705

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *