Effet de la supplémentation alimentaire en acide acétique sur le glucose plasmatique, les profils lipidiques et l’indice de masse corporelle chez l’adulte humain : examen systématique et méta-analyse


L’acide acétique est un acide gras à chaîne courte qui a démontré son potentiel biomédical en tant qu’agent thérapeutique alimentaire pour la gestion des comorbidités des maladies chroniques et métaboliques.

Chez l’homme, sa consommation peut améliorer la régulation du glucose et la sensibilité à l’insuline chez les personnes souffrant d’affections cardiométaboliques et de diabète sucré de type 2. Les données publiées issues d’essais cliniques évaluant les effets durables de sa supplémentation sur les résultats métaboliques sont incohérentes.
Cette revue systématique et cette méta-analyse ont résumé les preuves disponibles sur les effets thérapeutiques potentiels de la supplémentation alimentaire en acide acétique via la consommation de boissons et de sources alimentaires riches en acide acétique sur les résultats métaboliques et anthropométriques.
Une recherche systématique a été menée dans Medline, Scopus, EMBASE, CINAHL Plus et Web of Science depuis la création de la base de données jusqu’en octobre 2020. Les essais contrôlés randomisés menés chez des adultes évaluant l’effet d’une supplémentation en acide acétique alimentaire pendant au moins une semaine ont été inclus. Des méta-analyses ont été réalisées à l’aide d’un modèle à effets aléatoires sur la glycémie à jeun (GJ), le triacylglycérol (TAG), les lipoprotéines de haute densité (HDL), les lipoprotéines de basse densité (LDL), l’hémoglobine glyquée (HbA1c), l’indice de masse corporelle (IMC) et le pourcentage de graisse corporelle. L’hétérogénéité statistique a été évaluée par le calcul des statistiques Q et I2, et le biais de publication a été évalué par le calcul de l’asymétrie de régression d’Egger et le test de Begg.
Seize études ont été incluses, impliquant 910 participants qui ont consommé entre 750 et 3600 mg d’acide acétique par jour dans des interventions d’une durée moyenne de 8 semaines. La supplémentation en acide acétique alimentaire a entraîné des réductions significatives des concentrations de TAG chez les personnes en surpoids et obèses mais par ailleurs en bonne santé (différence moyenne [MD] = -20,51 mg/dL [intervalles de confiance à 95 % = -32,98, -8,04], P = 0,001) et chez les personnes atteintes de diabète de type 2 (MD = -7,37 mg/dL [-10,15, -4,59], P < 0,001). De plus, la supplémentation en acide acétique a réduit de manière significative les taux de FBG (MD = -35,73 mg/dL [-63,79, -7,67], P = 0,01) chez les sujets atteints de diabète de type 2 par rapport au placebo et aux comparateurs à faible dose. Aucun autre changement n’a été observé pour les autres résultats métaboliques ou anthropométriques évalués. Cinq des 16 études n’ont pas précisé la dose d’acide acétique administrée, et aucune étude n’a mesuré les concentrations sanguines d’acétate. Une seule étude contrôlait la consommation de fond d’aliments riches en acide acétique pendant les périodes d’intervention. La plupart des études présentaient un risque de biais peu clair ou élevé.
La supplémentation en acide acétique alimentaire est bien tolérée, n’a pas d’effets secondaires indésirables et présente un potentiel clinique pour réduire les concentrations plasmatiques de TAG et de FBG chez les personnes atteintes de diabète de type 2, et pour réduire les niveaux de TAG chez les personnes en surpoids ou obèses. Aucun effet significatif de la consommation d’acide acétique alimentaire n’a été observé sur le HbA1c, le HDL ou les marqueurs anthropométriques. Des études de haute qualité et à plus long terme dans des cohortes plus importantes sont nécessaires pour confirmer si l’acide acétique alimentaire peut agir comme un agent thérapeutique adjuvant dans la gestion des comorbidités métaboliques.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *