Associations entre la dépression, la nutrition et les résultats chez les personnes atteintes de coronaropathie


Peu d’études ont fait état de l’état nutritionnel des patients dépressifs.

– Les personnes souffrant de maladies coronariennes et de dépression ont un état nutritionnel moins bon.
– On a constaté que 20 % des patients atteints de coronaropathie présentaient des comorbidités de dépression et de malnutrition.
– Les patients souffrant de comorbidités de dépression et de malnutrition présentent un risque accru de décès cardiovasculaire et un critère d’évaluation composite.
La dépression et la malnutrition sont fréquentes chez les personnes atteintes de maladies coronariennes et peuvent affecter leur pronostic, mais la relation entre la dépression et la malnutrition et son effet sur le pronostic n’est pas claire. Les chercheurs ont cherché à explorer cette relation et ses effets.
Dans cette étude, l’état nutritionnel et émotionnel de 547 personnes atteintes de coronaropathie a été évalué à l’aide du score CONUT (Controlling Nutritional Status) et du questionnaire 9 sur la santé des patients. La période de suivi moyenne était de 2,1 ans, après quoi les scientifiques ont exploré la relation entre la dépression et la nutrition et le pronostic.
Au total, 41% des participants ont été jugés atteints de malnutrition légère, 10% de malnutrition modérée à sévère, 26% de dépression légère et 11% de dépression modérée à sévère. Au total, 20,6 % des participants présentaient des comorbidités de dépression et de malnutrition ; et la dépression modérée à sévère (rapport de risque ajusté [HR], 1,674 ; intervalle de confiance [IC] de 95 %, 1,098-2,551) et la malnutrition modérée à sévère (HR ajusté, 1,686 ; IC de 95 %, 1,073-2,648) ont été considérées comme des facteurs de risque pour le point final composite. Les participants présentant des comorbidités de dépression et de malnutrition présentaient un risque accru de décès cardiovasculaire (HR, 5,390 ; 95% CI, 1,483-19,589) et un point final composite (HR ajusté, 1,791 ; 95% CI, 1,133-2,833) par rapport à ceux ne souffrant ni de dépression ni de malnutrition.
La dépression et la malnutrition se sont avérées être des facteurs de risque d’effets indésirables chez les personnes atteintes de maladies coronariennes. Les personnes atteintes de maladies coronariennes doivent faire attention à leur état émotionnel et nutritionnel, et les interventions doivent être rapides et efficaces.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *