Association entre le régime méditerranéen et les résultats négatifs de la grossesse


Dans cette étude de cohorte prospective portant sur des femmes américaines nullipares, géographiquement et racialement diversifiées, une plus grande adhésion à un régime méditerranéen au moment de la conception a été associée à une probabilité plus faible de développer un quelconque APO, en particulier une prééclampsie ou une éclampsie et un diabète gestationnel. Nous avons détecté une association dose-réponse, mettant en évidence que les femmes ayant la plus grande concordance avec ce modèle de régime avant la conception avaient le plus faible risque de développer des APO. Différents aspects du régime méditerranéen étaient associés à des APO individuels, mais en général, une consommation plus élevée de légumes, de fruits, de légumineuses, de poisson et de céréales complètes et une consommation plus faible de viande rouge et de viande transformée étaient associées à un risque plus faible d’APO. Dans l’ensemble, nos résultats démontrent que chez les femmes américaines, l’adoption d’un régime méditerranéen peut représenter un mode de vie important pour la prévention des APO, en particulier chez les femmes d’âge maternel avancé chez qui le risque d’APO est élevé.2 Il n’y avait pas de différences significatives dans les associations entre le score aMed et les APO en fonction de la race, de l’origine ethnique ou de l’IMC avant la grossesse, ce qui suggère que ce régime peut être bénéfique pour les femmes de toutes les origines raciales et ethniques, avec ou sans obésité.

L’adhésion au régime méditerranéen dans cette cohorte, telle qu’elle est représentée par le score aMed moyen, était similaire à celle d’études antérieures sur des femmes américaines, la plupart des participantes se situant dans les catégories faible et modérée. Nos résultats sont également cohérents avec les quelques études d’observation antérieures démontrant qu’une qualité de régime alimentaire plus favorable au moment de la conception et tout au long de la grossesse est associée à un risque plus faible d’APO. Cependant, seules trois de ces études ont évalué le lien entre le mode d’alimentation aMed et les OPA. Dans une étude portant sur 1076 femmes de 10 pays méditerranéens, le mode d’alimentation méditerranéen a été associé à une incidence plus faible de diabète gestationnel (8 % contre 12 % en comparant les tertiles les plus élevés et les plus bas), Dans cette étude, celles qui se trouvaient dans les quartiles les plus élevés et les plus bas d’un score aMed, basé sur des données alimentaires recueillies entre 8 et 13 semaines d’âge gestationnel, avaient un risque environ 50 % plus faible de développer une complication de la grossesse (P = 1 pour la tendance). Cependant, lorsque les associations avec les APO individuelles ont été évaluées, des scores aMed plus élevés ont eu tendance à être associés à un risque plus faible, mais aucun de ces résultats n’était statistiquement significatif. Cette étude a utilisé une définition différente pour le résultat composite et a reconnu que la taille de son échantillon et le nombre modeste d’APO peuvent avoir limité la puissance statistique pour détecter les associations avec les APO individuels.

Des études interventionnelles menées chez des femmes européennes ont évalué l’association d’un régime de style méditerranéen avec le risque de développer un diabète gestationnel et ont démontré une association protectrice, cohérente avec nos résultats dans la présente étude.33 Dans une étude espagnole portant sur 874 femmes enceintes âgées de 8 à 12 semaines, le groupe d’intervention présentait un risque de diabète gestationnel inférieur de 25 % par rapport au groupe témoin De même, dans l’essai ESTEEM (Effect of Simple, Targeted Diet in Pregnant Women With Metabolic Risk Factors on Pregnancy Outcomes), De même, dans l’essai ESTEEM (Effect Simple, Targeted Diet in Pregnant Women With Metabolic Risk Factors on Pregnancy Outcomes), les femmes britanniques randomisées pour recevoir des conseils diététiques basés sur un régime de style méditerranéen par rapport aux soins habituels ont vu leur risque de développer un diabète gestationnel réduit de 35 %. Enfin, dans l’essai IMPACT BCN (Improving Mothers for a Better Prenatal Care Trial Barcelona), une intervention structurée basée sur un régime méditerranéen a réduit le risque d’avoir un enfant de petite taille pour l’âge gestationnel chez les femmes espagnoles à haut risque. Cette divergence pourrait être due à des différences dans les caractéristiques de l’échantillon de l’étude ou à la faible incidence de ce résultat et à un manque de puissance.

Les associations observées entre le score aMed et le développement d’une prééclampsie ou d’une éclampsie et d’un diabète gestationnel sont biologiquement plausibles, car l’adhésion à un régime méditerranéen a été liée à une diminution de l’adiposité, à des profils glycémiques favorables, à une baisse de la pression artérielle systolique et diastolique, de l’inflammation et de la résistance à l’insuline ; Ces facteurs ont tous été impliqués dans les causes de la prééclampsie et du diabète gestationnel. Il est possible que l’association significative trouvée pour la prééclampsie mais pas pour l’hypertension gestationnelle soit due à l’association du régime méditerranéen avec les voies anti-angiogéniques, inflammatoires et immuno-modulées qui sous-tendent le développement de la prééclampsie. Il est également possible que le score aMed ne reflète pas de manière adéquate les aspects du régime alimentaire associés au risque d’hypertension gestationnelle.

Notre résultat selon lequel de multiples composantes du score aMed sont associées à la probabilité de développer des APO est cohérent avec la littérature démontrant que les habitudes alimentaires avant et/ou pendant la grossesse caractérisées par une consommation plus élevée d’aliments d’origine végétale et de poisson et une consommation plus faible de viande rouge et de viande transformée sont associées à des risques plus faibles d’APO multiples, bien que la plupart de ces recherches aient été menées chez des femmes blanches non hispaniques en bonne santé

Source :https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2799855?utm_source=For_The_Media&utm_medium=referral&utm_campaign=ftm_links&utm_term=122222

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *